Le lien entre vaccin et autisme avéré :

0
476

Le débat sur la vaccination

PAR « FULL MEASURE STAFF » DIMANCHE 6 JANVIER 2019

Traduction pour cogiito.com : Philippe A. Jandrokhttp://fullmeasure.news/news/cover-story/the-vaccination-debate

Aujourd’hui, nous étudions l’une des plus grandes controverses médicales de notre époque : les vaccins. 

Il y a peu de discussions à ce sujet. Les vaccins sauvent de nombreuses vies et causent rarement des blessures ou la mort. 

Un tribunal fédéral spécialisé dans les vaccins a déboursé des milliards de dollars pour des lésions cérébrales mortelles. Mais pas pour la forme de lésion cérébrale que nous appelons autisme. Nous disposons désormais de nouvelles informations remarquables :

  • un expert médical respecté en matière de vaccination, utilisé par le gouvernement fédéral pour démystifier le lien vaccin-autisme, affirme que les vaccins peuvent provoquer l’autisme après tout. Il prétend qu’il l’a déclaré à des représentants du gouvernement il y a longtemps, mais ils ont gardé secrète cette information capitale.

Yates Hazlehurst est né le 11 février 2000. Selon son dossier médical, tout était normal, jusqu’à ce qu’il subisse une réaction sévère à la vaccination. Rolf Hazlehurst est le père de Yates.

Rolf Hazlehurst : Et au début, je n’y croyais pas. Je ne pensais pas cela, je ne croyais pas que les vaccins pourraient causer l’autisme. Je n’y croyais pas.

Mais il y a une dure réalité pour Yates. La maladie du cerveau, la douleur et l’incapacité de communiquer qui caractérisent l’autisme sévère sont une marque de fabrique.

En 2007, le père de Yates a intenté une action en justice pour les blessures de son fils devant le tribunal peu connu de la « Federal Vaccine ». C’était l’une des plus de 5000 revendications relatives à l’autisme vaccinal.

Le Congrès a créé un tribunal des vaccins en 1988, en consultation avec l’industrie pharmaceutique. Au tribunal spécial, les fabricants de vaccins ne défendent pas leurs produits – le gouvernement fédéral le fait pour eux, en faisant appel à des avocats du ministère de la Justice. L’argent des victimes vient de nous (le peuple), et non de l’industrie pharmaceutique, grâce aux honoraires des patients ajoutés à chaque vaccin donné.

Denise Vowell : Nos audiences sont toutes fermées au public. Et c’est statutaire.

En 2007, le cas de Yates et presque toutes les autres revendications de vaccins autistes ont été perdus par les plaignants. La décision a été prise en grande partie sur l’opinion experte du Dr Andrew Zimmerman, neurologue pédiatrique de renommée mondiale, présenté ici lors d’une conférence. Le Dr Zimmerman était le principal témoin expert du gouvernement et avait déclaré que les vaccins ne causaient pas l’autisme, en conséquence, le débat a été déclaré clôt.

Mais à présent, le Dr Zimmerman a fourni de nouvelles informations remarquables. Il affirme que lors des audiences sur les vaccins durant toutes ces années, il a avoué en privé à des avocats du gouvernement que les vaccins pouvaient causer l’autisme chez certains enfants. Ce revirement de la part de l’expert médical en chef du gouvernement allait tout changer dans le débat sur vaccin et autisme. Si seulement le public devait savoir.

Hazlehurst : Et il a expliqué comment il avait dit au gouvernement des États-Unis que les vaccins pouvaient causer l’autisme chez un certain sous-ensemble d’enfants et que le gouvernement des États-Unis, le ministère de la Justice a éludé ses véritables opinions.

Hazlehurst l’a découvert plus tard lorsque le Dr Zimmerman a évalué Yates à l’adolescence. C’est à ce moment-là qu’il s’est associé à Robert F. Kennedy Jr, défenseur de la sécurité des vaccins, qui souffre de troubles de la voix.

Robert Kennedy Jr. : Ce fut l’une des fraudes les plus conséquentes, sans doute dans l’histoire de l’humanité.

Robert Kennedy Jr a contribué à convaincre le Dr Zimmerman de documenter son affirmation remarquable selon laquelle le gouvernement dissimulerait son véritable avis d’expert sur les vaccins et l’autisme.

Le Dr Zimmerman a décliné notre demande d’entretien et nous a référé à son affidavit sous serment. Il a ajouté : Le 15 juin 2007, il a mis de côté le ministère de la Justice – ou les avocats du MJ pour lesquels il travaillait pour la défense des vaccins devant un tribunal des vaccins. Il leur a dit qu’il avait découvert « des exceptions dans lesquelles les vaccins pourraient causer l’autisme ». « J’ai expliqué que chez un sous-groupe d’enfants, la fièvre induite par la vaccination et la stimulation immunitaire provoquaient une maladie cérébrale régressive, associée à des caractéristiques du trouble du spectre de l’autisme. »

Robert Kennedy Jr : Les deux avocats du DOJ furent pris de panique et ils virèrent immédiatement Zimmerman. C’était un vendredi et pendant le week-end, ils ont appelé Zimmerman pour lui dire que ses services ne seraient plus nécessaires. Ils voulaient le faire taire.

Quelques jours après que les avocats du ministère de la Justice eurent limogé le Dr Zimmerman en tant que témoin expert, ceux-ci alléguèrent qu’ils avaient déformé son opinion pour continuer à réfuter les revendications d’autisme. Les dossiers montrent que, le 18 juin 2007, le Dr Zimmerman, a déclaré à la cour des vaccins : «Nous savons Le point de vue de Zimmerman sur la question … Il n’y a aucune base scientifique pour un lien » entre les vaccins et l’autisme. Le Dr Zimmerman considère cette déclaration comme «très trompeuse».

L’ancien avocat du DOJ n’a pas retourné nos appels et nos courriels. Robert Kennedy Jr a déposé une plainte pour fraude auprès de l’inspecteur général du ministère de la Justice, qui nous a demandé de ne pas « commenter les enquêtes ou les enquêtes potentielles ».

Dans l’intervalle, les CDC – qui font la promotion des vaccins et surveillent la sécurité des vaccins – n’ont jamais révélé que le seul expert médical du gouvernement avait conclu que les vaccins pouvaient causer l’autisme – et les responsables de la santé publique nient à ce jour que ce soit le cas.

Anne Schuchat : « Sur la base de dizaines d’études et de tout ce que je sais en tant que médecin et scientifique, il n’y a pas de lien entre l’autisme et les vaccins. »

Le CDC (Centre de contrôle des maladies) a refusé notre demande d’entrevue. En plus de déposer une plainte pour fraude, Robert Kennedy Jr a remis l’affidavit de M. Zimmerman aux dirigeants de Capitol Hill. Mais ce qu’il a rencontré là-bas, affirme-t-il, constitue un autre élément clé de cette histoire : Il s’est trouvé face aux barrages mis en place par l’industrie pharmaceutique – ou Big phaRMA.

Robert Kennedy Jr : Mais tout le monde prend de l’argent de l’industrie pharmaceutique, ils ont tous été corrompus. Et il est presque impossible de faire quoi que ce soit sur Capitol Hill.

Robert Kennedy Jr, n’est pas le seul à réclamer l’argent de l’industrie des vaccins. 

  • Nous avons parlé à 11 membres actuels et anciens du Congrès et à des membres du personnel qui affirment avoir fait face à des pressions, à des brimades ou à des menaces lorsqu’ils ont soulevé des questions relatives à la sécurité des vaccins. Plusieurs d’entre eux ont accepté de passer à la caméra :

Le républicain Dan Burton, ancien président du comité de surveillance de la Chambre, a un petit-fils autiste.

Dan Burton : Il ne fait aucun doute dans mon esprit que l’industrie pharmaceutique a eu une grande influence sur les gens du CDC et de la FDA. Il n’y a pas de doute dans mon esprit. Je ne suis pas contre les vaccinations.

Il a poursuivi ses recherches sur les vaccins au début des années 2000. Beth Clay était l’une de ses employés :

Beth Clay : Il y avait beaucoup de pression des gens à Capitol Hill.

Sharyl : Quand vous dites que les gens à Capitol Hill exerçaient une pression, quel genre de personnes ? Collègues ?

Beth Clay : Des collègues, il y avait des lobbyistes pharmaceutiques. Les lobbyistes pharmaceutiques avaient, vous savez, ce sont les mêmes personnes qui ont été retranchées. Ils peuvent entrer dans n’importe quel bureau de Capitol Hill, et ils vont parler au personnel, ils vont parler aux membres et les encourager à décourager notre enquête.

Sharyl : Au risque d’énoncer une évidence, pourquoi ont-ils eu ce genre d’accès aux membres ?

Beth Clay : C’est de l’argent qu’il s’agit. Et si vous regardez les dons aux partis des 20 dernières années, l’industrie pharmaceutique et Republican and Democrat, ils sont non partisans, mais ils injectent de l’argent partout.

L’ancien membre du Congrès, le Dr Dave Weldon, un républicain, a déclaré qu’il avait bien compris le message.

Sharyl : Si vous souhaitez tenir une audience sur une question telle que les vaccins et l’autisme, votre propre direction pourrait vous sanctionner à ce sujet, en raison de son influence financière de l’industrie pharmaceutique ?

Dave Weldon : Ils ne vous combattraient pas. Ils vous tueraient. C’est mort. Ils ne veulent même pas en discuter. C’est mort à l’arrivée. Si vous, si vous en tant que membre individuel, vous souhaitez vous attaquer aux industries pharmaceutiques. Vaut mieux oublier ça.

Sharyl: Pouvez-vous décrire un incident ou comment, comment cela se passerait-il ?

Dave Weldon : Ce serait généralement dans un couloir ou dans la rue et les gens se rapprocheraient de vous pour vous dire : «Vous savez, vous devez vraiment, vous retirer vous savez. Cela pourrait être mauvais pour la communauté, pour le pays ou pour vous. »

Dave Weldon déclare qu’il est généralement pro-vaccin, en fonction du patient et du vaccin injecté, et qu’il administre le vaccin antigrippal aux adultes. Nous lui avons demandé de relire le nouvel affidavit de M. Zimmerman.

Dave Weldon :  J’ai trouvé son affidavit et son témoignage conformes à mes opinions. Que certains enfants puissent contracter un trouble du spectre autistique grâce à un vaccin.

Le républicain Bill Posey est un membre actuel du Congrès.

Représentant Bill Posey : Je n’ai pas besoin de vous dire que l’industrie est une industrie très, mais alors très puissante. En fait, je ne connais personne de plus puissant que cette industrie.

Posey dit que ses propres chefs de parti ont promis à deux reprises de tenir des audiences sur le sujet, et de les saboter à la fin.

Hazlehurst – qui se trouve être un procureur au pénal – devait être témoin à l’une de ces audiences du Congrès. Deux semaines avant l’audience en 2013, il a informé le personnel du Congrès.

Hazlehurst : J’ai présenté lors de cette réunion du Congrès et j’ai expliqué lors de cette audience que, si je traduisais devant un tribunal pénal ce que le ministère de la Justice des États-Unis avait fait pour vacciner les enfants blessés, je serais radié et je ferais face à des accusations criminelles. . Je pense que ça leur a fait très peur.

L’audience a été brusquement annulée. Dans l’intervalle, le Dr Zimmerman – l’expert de longue date utilisé pour démystifier les revendications relatives à l’autisme vaccinal – indique maintenant que plusieurs de ses propres patients sont atteints d’autisme à cause des vaccins. Ils comprennent Yates Hazlehurst.

Aujourd’hui, avec un traitement intensif, Yates va mieux. Son père espère que le nouveau témoignage d’une source très improbable retiendra l’attention :

Hazlehurst : Un enfant qui a été inutilement sacrifié et, espérons-le, du bien, finira par sortir d’une telle souffrance.

Le groupe de pression représentant l’industrie pharmaceutique a refusé une interview mais nous a dit qu’il travaillait avec le Congrès et d’autres parties prenantes sur l’importance et la sécurité des vaccins pour la santé et la sécurité des personnes et des communautés.

Laisser un commentaire