Le PDG de Pfizer appelle les américains à l’esprit critique des criminels, pour avoir remis en question le récit du vaccin COVID-19

6
6317

par : Sara Middleton, rédactrice, 6 avril 2022

https://www.naturalhealth365.com/pfizer-ceo-calls-critically-thinking-americans-criminals-for-questioning-covid-19-shot-propaganda.html

pfizer-ceo-calls-americans-criminals (NaturalHealth365) Albert Bourla,

cadre d’une société pharmaceutique,

IL a gagné plus de 24 millions de dollars en 2021,

soit une augmentation considérable de 15 % par rapport à ce qu’il a gagné en 2020.

Bien sûr, il s’agit de la même période au cours de laquelle des milliers d’Américains ont été confrontés à des difficultés financières dévastatrices, à des pertes d’emploi et à l’insolvabilité en raison de la pandémie.

Le PDG multimillionnaire fait également la une des journaux pour une autre raison : il qualifie effrontément de “criminels” les personnes qui ont fait le choix personnel de ne pas recevoir l’injection d’ARNm COVID de sa société (première dose, deuxième dose, premier rappel, deuxième rappel…).

De l’huile sur le feu :

Le PDG de Pfizer qualifie ouvertement les Américains qui n’adhèrent pas à l’argument “sûr et efficace” de la très rentable injection COVID de sa société de criminels anti-vaxx.

Dans ce qui peut être considéré comme une tentative éhontée de marginaliser les personnes qui remettent en question ou choisissent de ne pas se faire vacciner, le célèbre PDG a récemment déclaré dans une interview avec la Canadian Broadcasting Corporation qu’il pense que les personnes qui diffusent des “informations erronées” sur les vaccins COVID sont des “criminels”.

M. Bourla cite un homme qui a raconté l’histoire de la mort d’un proche sur le post-jab, en disant :

“ils ont littéralement volés des vies.

Ils savent que ce qu’ils disent est un mensonge”.

C’est une déclaration audacieuse venant du PDG de la société même qui est célèbre pour avoir payé la plus grande amende pénale de l’histoire et, plus récemment, pour avoir commis une fraude dans les essais cliniques du vaccin Pfizer COVID (comme décrit dans une enquête de novembre 2021 publiée par le prestigieux BMJ).

La terrible accusation de Bourla est encore plus flagrante lorsque nous considérons les préoccupations majeures soulevées au sujet de la véritable “sécurité et efficacité” des vaccins COVID à ARNm – comme le révèlent les données de surveillance de la sécurité des vax du gouvernement américain ainsi que les données récemment publiées par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis.

Il est certain que ces effets indésirables répertoriés par le VAERS et la FDA doivent faire l’objet d’une enquête appropriée afin d’établir un lien de causalité et pas seulement une corrélation.

Mais qu’un dirigeant de l’industrie pharmaceutique qualifie de “criminels” les personnes qui mettent en lumière ces corrélations constitue un dangereux précédent.

C’est presque comme si Big Pharma s’attendait à ce que les gens “suivent aveuglément la science des labos” sans tenir compte du fait

qu’il a été prouvé que cette “science” est imparfaite, biaisée et incertaine.

Alors que Big Pharma pousse à multiplier les injections, et les données du CDC révèlent que les gens ne sont pas dupes.

Nous aurions tort d’oublier que les vaccins COVID ont été initialement vendus au public comme le seul moyen de “mettre fin à la pandémie” et de “sauver votre grand-mère” en prévenant la transmission du SRAS-CoV-2.

Pourtant, il est rapidement devenu évident que les “cas révolutionnaires” de COVID-19 n’étaient pas rares et que le fait d’être “entièrement vacciné” n’empêchait pas la transmission.

La question reste donc posée :

les gens sont-ils vraiment des ” criminels ” pour avoir remis en question un produit aussi expérimental ?

(Imaginez la colère que vous éprouveriez si vous donniez à votre chien trois ou quatre doses du vaccin contre la rage en un an et que votre animal contractait quand même la rage).

Quoi qu’il en soit, il est maintenant évident que, malgré la posture initiale bien-pensante et les signaux de vertu de nombreuses personnes qui ont choisi de recevoir les deux premières doses de COVID, de moins en moins d’Américains croient en cette histoire de Big Pharma. Selon les données du mois de mars des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), seule la moitié environ des Américains éligibles pour une injection de rappel de COVID l’ont reçue.

Et nous disons à ces personnes :

félicitations, vous exercez maintenant exactement la liberté de choix que les personnes sans vaccins ont toujours défendue :

la liberté de choisir ce que l’on injecte (ou non) dans son corps.

Les décisions personnelles en matière de santé ne sont que cela… des décisions personnelles, et vos choix doivent être respectés.

Et oui, vous les gens à deux doses seulement n’êtes plus considérés comme “entièrement vaxxés”. Mais cela signifie-t-il que vous devriez être honteux, handicapés, forcés de quitter votre emploi et tenu à l’écart de la société ? Bien sûr que non!

Les décisions personnelles en matière de soins de santé ne sont que cela… personnelles, et vos choix doivent être respectés.

Les sources  :

Rumble.com
CBC.ca
Nationalworld.com
Thegatewaypundit.com
CNBC.com
NBC.com
BMJ.com
CDC.gov

6 Commentaires

  1. Rire, pleurer, se mettre une corde autour de cou ou prendre le bazooka. On ne peut plus avec ces escrocs perverses, impertinents, sans aucune moralité. Où sont les peuples bordel ?

  2. Voyons voir :

    1/ ce n’est pas un vaccin. c’est un traitement.
    2/ c’est experimental.
    3/ ca n’empêche pas d’attraper le covid.
    4/ ca n’empêche pas de transmettre le covid.
    5/ risques de sérieux effets secondaires.

    Ca sert a quoi ? A part enrichir big-pharma.

    La vérité finit toujours par gagner. c’est en cours…

  3. Ce Bourla ne se rend pas compte de la haine qu’il continue de générer et d’accumuler contre lui. Aussi arrogant que totalement imbécile, et bien sûr malfaisant au dernier degré. Un psychopathe quoi. Mais ses millions ne le protégeront que tant qu’il vivra. Parce que pour ceux qui s’intéressent au sujet, l’esprit survit à la mort physique, et est automatiquement dispatché dans un au-delà qui lui correspond. En ce qui concerne ce trou-du-cul olympique : les pires enfers, et il ne pourra corrompre personne pour y échapper… Pauvre type, tu perds rien pour attendre.

  4. c’est le pas labo qui payent des milliards de dollars d’amendes et qui traitent les gens de criminels car ils dénoncent la nocivité de leurs ” vaxxins ” ? monde à l’envers, monde inversé. Le mondialisme satanique dans tout sa laideur.

  5. Quel sale type ! Lui-même a dit ne pas avoir besoin de se faire vacciner, il est donc le premier criminel !
    A piquer tout simplement !!! Merci M. Jandrok et votre charmante Louloute.

Laisser un commentaire