« Les enfants ont autant besoin d’art, d’histoires, de poèmes et de musique que d’amour, de nourriture, d’air frais et de jeux. »

1
13165

Traduction pour cogiito.com : PAJ

Sages paroles de Philip Pullman[1], qui a reçu le prix commémoratif Astrid Lindgren[2] en 2005 :Les enfants ont autant besoin d’art, d’histoires, de poèmes et de musique que d’amour, de nourriture, d’air frais et de jeux. Si vous ne donnez pas de nourriture à un enfant, les dommages deviennent rapidement visibles. Si vous ne laissez pas un enfant prendre l’air et jouer, les dommages sont également visibles, mais pas si vite. Si vous ne donnez pas d’amour à un enfant, les dommages pourraient ne pas être vus avant quelques années, mais ils sont permanents. Mais si vous ne donnez pas à un enfant de l’art, des histoires, des poèmes et de la musique, les dégâts ne sont pas si faciles à voir. Ils sont cependant là. Leur corps est en assez bonne santé ; ils peuvent courir, sauter, nager, manger, être affamés et faire beaucoup de bruit, comme les enfants l’ont toujours fait, mais il manquera quelque chose.

Il est vrai que certaines personnes grandissent sans jamais rencontrer d’art d’aucune sorte, qu’elles sont parfaitement heureuses et qu’elles mènent une vie heureuse et simple, qu’elles n’ont pas de livres chez elles, qu’elles n’aiment pas beaucoup les images et qu’elles ne voient pas l’intérêt de la musique. Eh bien, c’est très bien. Je connais des gens comme ça. Ce sont de bons voisins et des citoyens utiles.

Mais d’autres personnes, à un moment de leur enfance ou de leur jeunesse, ou peut-être même de leur vieillesse, rencontrent quelque chose dont ils n’ont jamais rêvé auparavant. Elle leur est aussi étrangère que le côté obscur de la lune. Mais un jour, ils entendent une voix à la radio qui lit un poème, ou ils passent devant une maison avec une fenêtre ouverte où quelqu’un joue du piano, ou ils voient une affiche d’une peinture particulière sur le mur de quelqu’un, et cela les frappe un coup si fort et pourtant si doux qu’ils éprouvent un vertige, une émotion. Rien ne les a préparés à cela. Ils se rendent compte soudain qu’ils ont faim, alors qu’ils n’en avaient aucune idée il y a tout juste une minute ; une faim pour quelque chose de si sucré et de si délicieux que cela leur brise presque le cœur. Ils pleurent presque, ils se sentent tristes, heureux et seuls et accueillis par cette expérience tout à fait nouvelle et étrange, et ils sont désespérés d’écouter la radio de plus près, ils regardent par la fenêtre, ils ne peuvent quitter l’affiche des yeux. Ils le voulaient pas, mais ils en avaient besoin comme une personne affamée a besoin de nourriture, et ils ne l’ont jamais su. Ils n’en avaient aucune idée.

C’est la même chose pour un enfant qui a besoin de musique, d’images ou de poésie, plutôt que de les rencontrer par hasard. Sans cette chance, ils ne l’auraient peut-être jamais rencontrée et auraient pu passer toute leur vie dans un état de famine culturelle sans le savoir.

Les effets de la famine culturelle ne sont pas dramatiques et rapides. Ils ne sont pas si facilement visibles.

Et, comme je l’ai dit, certaines personnes, de bonnes personnes, des amis aimables et des citoyens serviables, n’en font tout simplement jamais l’expérience ; ils sont parfaitement comblés sans elle. Si tous les livres, toute la musique et tous les tableaux du monde disparaissaient du jour au lendemain, ils ne se sentiraient pas plus mal ; ils ne le remarqueraient même pas.

Mais cette faim existe chez beaucoup d’enfants, et souvent elle n’est jamais satisfaite parce qu’elle n’a jamais été réveillée en eux.

Beaucoup d’enfants dans toutes les parties du monde sont affamés de quelque chose qui nourrit et nourrit leur âme d’une manière que rien d’autre ne pourrait ou ne saurait jamais faire.

Nous disons, à juste titre, que chaque enfant a droit à la nourriture et au logement, à l’éducation, aux soins médicaux, etc. Nous devons comprendre que chaque enfant a droit à l’expérience de la culture. Nous devons bien comprendre que sans histoires, sans poèmes, sans images et sans musique, les enfants mourront de faim. Écrit par Philip Pullman pour le dixième anniversaire du Prix commémoratif Astrid Lindgren en 2012. Plus d’informations sur Philip Pullman ici[3].


[1] http://alma.se/en/About-the-award/ALMA-10-years/Philip-Pullman/

[2] http://alma.se/en/

[3] http://alma.se/en/About-the-award/ALMA-10-years/Philip-Pullman/

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire