Les faux os à mâcher pour nos animaux de compagnie

0
597

Du plomb et de l’arsenic industriels.

Par : Chien Vie et Santé – chienvieetsante.com

Santé & Alimentation Uncategorized

Le 24/10/2019

Nos chiens ont besoin de mastiquer quotidiennement, dans la nature, quand un carnivore attrape une proie, il ronge longuement les os. C’est un réflexe tout naturel. Ce qui ne l’est pas, c’est la manière proposée par les industriels pour combler ce besoin. Il existe d’excellents jouets et friandises qui, grâce à la mastication, apaisent, occupent et soignent votre chien. Et, il en existe d’autres, qui l’empoisonnent.

Recette des « os » en cuir : de la peau, de la Javel, des additifs

Avez-vous déjà donné ces friandises à vos chiens ? Avant, j’étais un fidèle client . Jusqu’à ce que j’apprenne leurs recettes.

Même si ces friandises à mâchouiller ont la forme d’un os, elles ne sont en faite qu’un sous-produit de l’industrie… du cuir.

Pas de l’industrie alimentaire, ce qui explique qu’aucune norme ne limite leur toxicité. En d’autres termes, ces friandises sont aussi comestibles qu’une chaussure.

Un processus de fabrication glaçant

Pixabay.com

La fabrication de ces os commence par le fractionnement de la peau des carcasses d’animaux. Le grain supérieur est utilisé dans l’industrie vestimentaire. Le dessous, appelé « rawhide » par les industriels est récupéré par l’industrie de l’animal de compagnie.

Le « rawhide » est transporté de l’abattoir jusqu’aux tanneries. Ce trajet pouvant durer plusieurs semaines, les peaux sont préalablement trempées dans de la saumure. La saumure, c’est du sel néfaste pour nos chiens.

Puis, les peaux sont traitées avec une solution de cendres, ou une recette de sulfure de sodium tellement toxique qu’elle fasse fondre tout poil ou gras encore accroché aux peaux.

Ensuite, elles sont trempées dans un autre bain de produits chimiques en fonction de ce qu’on souhaite en faire c’est-à-dire de la colle, des cosmétiques… ou des friandises pour chien. Le cuir est ensuite blanchi en le trempant dans de l’eau de javel, du peroxyde d’hydrogène, et du formaldéhyde. La peau ne sent plus la moisissure. Elle est imprégnée de produits toxiques. Pour rendre ce reste de peau et de Javel appétissant, les industriels ajoutent alors divers additifs.

Exemple : le « Rouge allura AC » colorant interdit en Belgique, en Allemagne, en Suisse, en Suède, en Autriche et en Norvège pour ses effets cancérigènes.

Il va donner sa couleur à la friandise. Et bien sûr, de la saveur synthétique pour camoufler l’odeur de moisissure et de javel.

Enfin, pour la conservation, les industriels utilisent du benzoate de sodium (qui exacerbent l’hyperactivité chez les enfants)¹ du BHA ou du BHT (conservateurs tous deux cancérigènes) ou de l’éthoxyquine (qui est pourtant interdit en tant que conservateur sur le marché européen…).

Et ce n’est pas tout. Car des tests effectués sur ces « os » en cuir ont également révélé la présence de plomb, d’arsenic, de mercure, et de différents insecticides.

L’origine du cuir ? Mieux vaut ne pas le savoir.

Ce n’est pas le pire. Je pensais qu’on avait touché le fond avec la présence de plomb et d’arsenic dans la nourriture pour nos chiens. Mais le PIRE, c’est qu’une enquête de la Humane Society International a détecté des peaux de chiens dans des gâteries « rawhide » vendues en Amérique du Nord.

Oui, de la peau de chien, issue de Thaïlande. En France, aucune étude n’a été menée sur les espèces utilisées dans ces friandises.

Comment de tels produits se retrouvent dans nos rayons en toute légalité ? Tout simplement parce que l’industrie qui les fabrique est celle du cuir.

Pratique, car les règles encadrant la protection alimentaire ne s’appliquent pas.

C’est pour cela que les industriels n’ont pas l’obligation de dévoiler les produits chimiques présents sur l’emballage. Nous nous faisons complètement berner.

Nos chiens sont en danger !

Selon la vétérinaire reconnue Dr Karen Becker² :

  • « Les os en cuir sont d’abord durs, mais au fur et à mesure que le chien les ronge, ils ramollissent jusqu’à ce que votre chien parvienne à démêler les nœuds dans le cuir. A ce stade, il ne peut plus s’arrêter cela devient presque addictif. Mais la consistance est alors celle d’un morceau de réglisse gluant. Il n’y a plus aucun bénéfice à la mastication. Au contraire : le cuir devient un danger d’étouffement et de blocage intestinal ».

Et elle n’a pas tort. Les morceaux de cuir traité sont indigestes , une étude menée en 2012³ a prouvé que plus de 6 heures après avoir été ingéré, ils n’étaient digérés qu’à 7,6 %. Pour une même durée, une oreille de cochon séchée naturellement est digérée à 50 %.

De plus, la réaction avec le pH acide de l’estomac fait gonfler les morceaux de cuir parfois jusqu’à 4 fois leur taille. Résultat , des blocages intestinaux, nécessitant une chirurgie, et source fréquente de pancréatites.

Pourtant, la mastication est bienfaitrice !

Pixabay.com

Nos chiens ont besoin de mastiquer, de mordre, de mâchouiller. Le loup ou le chien errant y consacrent en moyenne 2 heures par jour. Et les bienfaits de la mastication sont multiples.

Chiots, la mastication soulage les douleurs dentaires.

Pixabay.com

La pousse des dents de lait, puis des dents définitives est un processus souvent douloureux pour le chiot. Mâchouiller tout ce qui lui passe sous le nez lui permet de le soulager de cette douleur. Pendant cette période, il est primordial de lui laisser des jouets et des friandises à mastiquer ou bien de sacrifier vos chaussures, pieds de meubles, et canapé !

Mastiquer est une bonne solution contre l’ennui.

La première fois que j’ai laissé Pénélope seule pendant une après-midi entière, elle a consciencieusement rongé un trou dans le mur de mon salon. Oui, elle a mangé mon mur. Ce n’était pas une tentative de fuite, ou l’expression d’une anxiété quelconque, Pénélope n’a jamais été stressée à l’idée d’être seule. Pour elle, mâchouiller le mur était une activité comme une autre. Et comme elle n’avait rien d’autre à faire…

Nos chiens passent beaucoup de temps à s’ennuyer. Même si vous les promenez deux heures par jour, le reste du temps, ils sont plutôt inactifs.

Pixabay.com

Saviez-vous que 30 minutes de mastication étaient aussi énergivores qu’une heure et demie de randonnée ?

Pensez-y la prochaine fois que vous devez laisser votre chien seul pendant un moment, il s’amusera à ronger sa friandise, puis s’offrira une bonne sieste !

La mastication est apaisante.

Chez le chien, le fait de mâcher sécrète de l’endorphine.

Cette hormone réduit l’anxiété. Ainsi, permettre à son chien de mâchouiller l’aide à lutter contre l’anxiété de séparation. Cette anxiété est généralement à son pic dans les 20 minutes suivant le départ du maître. Laisser une friandise à mâchouiller dès votre départ l’occupera pendant ses premières 20 minutes, puis l’endorphine agit et votre chien reste calme jusqu’à votre retour. Tout ça de manière tout à fait naturelle !

Pixabay.com

Mâcher longuement pour perdre du poids.

Aujourd’hui, la moitié des chiens en France est en surpoids.

Normal : nos chiens mangent trop vite ! J’ai chronométré le temps d’ingestion d’une gamelle pour Maki : 14 secondes ! Pas étonnant qu’il ait encore faim après son repas…

Mastiquer donne au chien l’impression de manger plus longtemps et donc plus. Il a un meilleur sentiment de satiété, et se dépense plus. Résultat : il perd plus facilement du poids.

Une meilleure hygiène bucco-dentaire.

Une étude⁴ a démontré que donner un os à moelle frais faisait disparaître le tartre. Beaucoup plus naturel et agréable qu’un détartrage chez le vétérinaire !Dans cette étude, des chiens avec les dents infestées de tartre ont mâchouillé des os à moelle quotidiennement. En 12 jours, le tartre avait réduit de 70 %, et de 88 % en 3 semaines !

Que faire mastiquer à mon chien ?

Pixabay.com

Mastiquer, oui mais pas n’importe quoi. J’ai banni les faux os en cuir, pour les remplacer par deux options 100% saines et naturelles.

Les os crus, la mâchouille naturelle par excellence !

Il existe beaucoup d’idées reçues sur les os certains pensent qu’ils risquent de casser les dents du chien, ou de perforer son intestin. En réalité, la plupart sont des mythes véhiculés par les industriels. Leur but : nous faire acheteur leurs os à la Javel. Pourtant, il n’y a rien de plus naturel pour un chien que de ronger un os. Mais à deux conditions :

L’os doit être cru.

Cuit, il devient cassant. Le muscle se détache de l’os, et c’est là que vous risquez la perforation d’intestin.

Deuxième condition : la taille et la forme de l’os doivent être adaptées. Trop petit, l’os risque d’être avalé en entier.

Pixabay.com

Privilégiez les os plats (colonne vertébrale, côtes, épaules…) plutôt que les os longs (pattes et os porteurs). Les os longs sont plus durs, les chiens aux dents sensibles sont plus susceptibles de se fissurer une dent dessus. Les os plats ont moins de cartilage et plus de viande ils sont donc mieux digérés.

Dans tous les cas, retirez l’os à votre chien un fois qu’il en a arraché la viande. Le but n’est pas qu’il le mange en entier ! (important)

Retrouver une vertèbre entre deux coussins de mon canapé , non merci  !

Pixabay.com

Oui, un os cru est l’aliment à ronger par excellence. Mais voyons le côté pratique. En hiver, quand nos chiens passent leur journée à l’intérieur, les côtes d’agneaux juteuses ne sont pas très adaptées. Heureusement, il existe des friandises moins salissantes, mais tout aussi vertueuses. Pour ne vous citer que quelques exemples :

Le nerf de bœuf

Sa structure fibreuse, faite de milliers de petits « cheveux » agit un peu comme un fil dentaire. Ils se ramollissent avec l’activité masticatoire du chien, donc aucun risque qu’ils ne s’effritent et étouffent le chien.

Le bois de cerf

Pixabay.com

Choisissez une marque qui récupère uniquement du bois issu de la mue de cerfs sauvages. Le bois tombe naturellement, et la moelle à l’intérieur fait le plaisir de nos chiens. Si votre chien est un gros mâchouilleur, prenez un bois entier, s’il a besoin d’être motivé, choisissez un bois scindé en deux. Ainsi, la moelle est plus accessible, et le bois à plus de goût. Ça dure des mois, et c’est complètement inodore.

Les masques de bœuf

Ce sont des morceaux de viande séchée naturellement – un mix de peau et de muscle. Contrairement aux faux os en cuir, ils ne sont pas traités – juste séchés naturellement, sans colorants ou arômes artificiels. Personnellement, c’est ceux que j’utilise le plus .

Claude Lefevre

Laisser un commentaire