Les vaccins antirougeoleux tuent plus de personnes que la rougeole, selon les données des CDC

0
2436

Natural News, Jeudi 5 février 2015

Rédacteur : Ethan A. Huff

Traduction pour Cogiito.com : PAJ

https://www.naturalnews.com/048518_measles_vaccines_CDC_data.html?fbclid=IwAR1ZDFgGCC7TNm-gz8wRNioiys6NrCy9D8aa8s_9TYZk48F2AqCMt37WiWQ

 
Tags: rougeole , vaccins , données CDC

(NaturalNews) Les parents préoccupés par le fait que leurs enfants vaccinés risquent de contracter la rougeole chez des enfants non vaccinés peuvent souhaiter prendre en compte le fait que la plus grande menace pour la santé est techniquement le vaccin, et non la maladie elle-même. 

Les données comparatives fournies par les centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) et le système de déclaration des événements indésirables liés aux vaccins (VAERS) révèlent que personne n’est décédé de rougeole depuis plus de 10 ans, alors qu’au moins 108 décès ont été associés aux vaccins antirougeoleux et signalés auprès de VAERS au cours de la même période.

Nombre de nos lecteurs plus âgés se souviennent probablement d’une époque où la rougeole n’était pas perçue avec le niveau obscène d’hystérie paranoïaque à laquelle on assiste aujourd’hui. Comme la varicelle, la rougeole était une infection infantile courante qui, après avoir suivi son cours habituellement bénin, conférait une immunité à vie à ceux qui l’avaient contractée. Le risque de complications graves ou de décès dus à la rougeole a toujours été extrêmement minime, autrement dit, les générations précédentes la considéraient comme un rite de passage.
Aujourd’hui, toute la rationalité et le bon sens ont disparu. Les médias rapportent quelques cas isolés de rougeole, comme s’il s’agissait de la peste noire, appelant ceux qui ne vaccinent pas leurs enfants à être ostracisés de leur communauté ou même à être emprisonnés pour avoir « fait courir d’autres risques inutilement ». Mais où sont les faits dans toute cette manie infondée, qui qualifie injustement les non vaccinés de dangereux lépreux ?

 Une fois encore, les médias rejettent les reportages factuels et scientifique en faveur d’un sensationnalisme stupide, attribuant une prétendue résurgence de la rougeole – même cette affirmation est spécieuse – à la personne non vaccinée. Le fait que cette affirmation soit ou non vraie n’a guère d’importance, comparé au fait que la rougeole ne représente pas vraiment une menace au départ. le vaccin [1] contre la rougeole, en revanche, est une toute autre histoire.

  – « Aucun décès par rougeole n’a été signalé aux États-Unis depuis 2003 », a rapporté l’Associate Press sur la base de déclarations de la Dre Anne Schuchat, directrice du Centre national de l’immunisation et des maladies respiratoires du CDC. Dans le même temps, VAERS, qui ne représente qu’un très faible pourcentage du nombre réel des accidents et des décès associés aux vaccins antirougeoleux, fait état d’au moins 108 décès associés aux vaccins antirougeoleux depuis 2003. Parmi ceux-ci, 96 décès ont été rapportés en association avec le ROR, qui est maintenant le vaccin préféré pour la vaccination contre la rougeole.

Les décès dus à la rougeole étaient pratiquement inexistants avant l’introduction du vaccin, ce qui déclenche maintenant des épidémies

Certains vont essayer de faire valoir que les décès dus à la rougeole sont pratiquement inexistants à présent à cause des vaccins antirougeoleux, dont le premier a été introduit en 1963. Mais cet argument est sans fondement. Les données américaines sur la mortalité par rougeole montrent que les décès dus à la rougeole ont rapidement diminué dans les années qui ont précédé l’introduction du premier vaccin, confirmant le succès de l’assainissement amélioré et de la nutrition pour éviter de faire de la rougeole un problème.
– « Ce dont vous n’avez peut-être pas entendu, c’est qu’en 1963, le taux de mortalité par rougeole aux États-Unis avait déjà diminué d’environ 98% », explique le Conseil médical international de la vaccination ( CMIV).
Peu de temps après son introduction, le premier vaccin antirougeoleux présentait effectivement des symptômes plus graves chez les patients vaccinés que s’ils n’avaient pas reçu le vaccin du tout. Le vaccin a également supprimé les éruptions cutanées et la fièvre associées à la rougeole, obstruant la réponse immunitaire normale et entraînant en définitive de futurs problèmes de santé pour les personnes vaccinées à l’âge adulte.

 – « Après une exposition normale à la rougeole, la personne bénéficiait d’une immunité fiable pour toute la vie, tandis que les vaccins antirougeoleux la laissaient avec une immunité déclinante », ajoute le Conseil médical international de la vaccination ( CMIV). « Cette dynamique d’immunité décroissante signifie que nous verrons probablement des épidémies de rougeole même dans les populations hautement vaccinées. »

 

Sources: 

http://vaccineimpact.com 

http://www.healthsentinel.com

http://www.vaccinationcouncil.org 

http://science.naturalnews.com


[1] https://www.naturalnews.com/vaccine.html

Ce site est uniquement destiné à l’information. En fournissant les informations contenues dans ce document, nous ne diagnostiquons, traitons, soignons, atténuons ni empêchons aucun type de maladie ou de problème de santé. Avant de commencer tout type de schéma thérapeutique naturel, intégratif ou conventionnel, il est conseillé de demander conseil à un professionnel de la santé agréé.

Laisser un commentaire