L’hôpital qui se moque de la Charité

2
2368

Vous croyez que nous en avions fini avec le COVID-19 ?

Scientifiquement, nous en avons fini avec cette grippe échappée d’un laboratoire P4 ; les criminels responsables de la fabrication de ce virus et de sa fuite, si nous pouvons considérer cela comme un accident après avoir observé le déroulement de la plandémie COVID, les imbrications des organismes tel l’OMS, acheté et contrôlé par Bill Gates, les responsables de ce crime d’empoisonnement à travers un virus potentiellement mortel pour masquer le développement des antennes 5G, on retrouve à la manette, une véritable congrégation de milliardaires, comme Bill le Coyote, G. Soros, et de nombreux actionnaires du CAC 40 qui ne voient en ce virus « mortel » qu’un moyen de s’enrichir à milliards, qu’importe ce que l’on pense d’eux, ce qui compte, c’est l’état de leur fortune avant et après, et elle explose dans un ultra positif avec la complicité des traitres aux nations qu’ils ont mis en place à la tête des états.  En effet quel, regard peut-on désormais porter sur le malfrat en costume qui nous gouverne ?

C’est bien ce que nous allons découvrir ensemble, les preuves sont accablantes, les comportements de ce sinistre individu avec ses odieux ministres sont autant d’aveux de complicité de crime contre notre nation.

Bill le coyote est un personnage qui ne pense qu’en termes de profit et il se prend pour un savant, un médecin sans avoir la moindre compétence en matière de santé, mais il donne des leçons aux médecins et surtout sur les traitements à appliquer…

…or nous avons pu constater que ces conseils ont fait des centaines de milliers de morts dans le monde et certainement pas par incompétence, mais plutôt par volonté morbide d’augmenter le nombre de cadavres pour justifier sa politique vaccinale, parfaitement inutile scientifiquement, et parfaitement nécessaire pour enrichir les happy few, et, peu importe les conséquences.

Gates a lui-même avoué que le vaccin contre le COID-19 pourra provoquer la mort de 700 000 à 1 million de morts à cause des effets secondaires, mais ce qu’il ne vous dit pas c’est que les vaccinés seront non seulement en danger, mais ils mettront leur entourage et les personnes non vaccinées en danger avec un virus atypique du COVID, ce qui nous fera deux dangers à combattre, le covid sauvage, et le covid vaccinal, peu importe les pertes humaines, ce qui compte c’est le profit et une quantité de cadavres humains.

Complices avec ces criminels, les autorités de notre pays, comme nous l’avons vu et comme nous continuons à le voir avec les personnes âgées laissées à mourir dans les Ephad, même leurs enfants ne peuvent les visiter pour cause de coronavirus, mais s’ils l’avaient contracté, ils seraient décédés depuis longtemps, ces mesures sont une farce pour justifier ce qui va suivre.

Tous ces organisateurs assassins et ces complices de cette crise ne seront jamais ni jugés ni condamnés pour complicité de crimes contre l’humanité en portant plus de 460 000 morts à travers le monde sur la conscience.

Ont-ils seulement une conscience ?

Je m’adresse au nouveau ministre de la mauvaise clique, le ministre de la Santé qui a continué le lamentable travail de Mme Buzyn, l’Hydroxychloroquine (HCQ). Après elle, le second mauvais sinistre de la santé a brandi une étude internationale du Lancet, grande revue scientifique renommée pour son exactitude, c’est à ce niveau que nous réalisons combien les grands de ce monde commandent des articles qui vont dans leur sens et pas dans celui de la science.

Cet article dénigrait l’Hydroxychloroquine au point d’affirmer qu’elle est inutile et même dangereuse. Vraiment ?

Alors pourquoi cette étude a-t-elle fait l’objet, 13 jours seulement après sa publication, d’une rétractation totale ?

L’étude utilisait un gigantesque ensemble de données de 96.000 patients dans 671 hôpitaux, et elle a conclu que le médicament était inutile pour traiter les patients atteints de COVID-19, et que l’Hydroxychloroquine présentait des dangers pour la santé, soit tout le contraire de ce que préconisait le Prof. Raoult.

L’étude a eu pour effet de convaincre les politiques, et les professionnels de la santé, les médias déjà acquis aux thèses complotistes de Big Pharma, car achetées par Bill Gates, Soros, etc. et pour motiver à faire croire au public que la HCQ était un échec total.

Un médicament COVID devait venir d’ailleurs, du chapeau magique de Bill Gates par exemple ?

La ville de Marseille ne déplore aucun mort du covid 19 grâce au traitement à l’Hydroxychloroquine du prof. Raoult, lui-même violemment attaqué par les ministres, la presse, les mauvais amuseurs de la TV et de la radio, en fait, tous ceux qui ont accès aux médias pour détruire la réputation d’un grand savant en le soumettant à l’une des pires chasses aux sorcières que la France aient vécu depuis des décennies.

Un seul problème concernant cette étude du Lancet, est que ses auteurs et les examinateurs du Lancet du genre, nous le supposons, des « observateurs du Monde » rémunérés par Bill Gates, puisqu’il a offert 4 millions d’euros au journal Le Monde, et qui offre une telle somme sans demander un service en retour ?

Voilà comment pour 30 pièces d’argent, Judas à trahi Jésus, voilà comment contrôler la pensée des Français à travers un fleuron de la presse de Française et un ch!que de 4 millions de dollars ?

Donc, ceux qui disaient que l’Hydroxychloroquine était dangereuse et ne servait à rien dans le Lancet, (le gouvernement Macron, la presse mainstream) avouent désormais que les données qui ont permis à faire ces déclarations sont introuvables, ou n’ont peut-être jamais existées.

Comment des chercheurs renommés internationales peuvent-ils rédiger un tel article à charge, puis déclarer que leurs sources ont disparu sans risquer la moindre sanction ?

Ces données n’ont-elles jamais existé ?

Le Remdesivir un médicament aux effets secondaires déclarés, est imposé pour soigner le COVID par les responsables de cette crise, comme le Dr Anthony Fauci qui est suspect dans une enquête menée par le Département américain de justice pour vérifier si les fonds qui lui ont été attribués ont bien été utilisés dans l’intérêt des citoyens américains.

Donc, le Remdesivir  coûte 1 000 dollars par comprimé, alors que le prix générique de l’Hydroxychloroquine est de 0,64 dollar par comprimé, 999,36 dollars de moins. 

À qui profite le crime ? On peut aisément comprendre pourquoi tout est fait pour détruire l’Hydroxychloroquine aux États-Unis comme en France sous la volonté d’Agnès Buzyn et de son odieux successeur, qui ont montré que leurs compétences de médecins étaient très discutables dans la gestions de cette crise.

À cela s’ajoute l’absolue nécessité de prolonger un mensonge planétaire, la « plandémie », qui est de maintenir la farce COVID suffisamment longtemps pour faire du vaccin Bill Gates le principal outil de traitement médical pour lutter contre le covid-19, qui n’est rien de plus qu’une mauvaise grippe.

Nous vivons une époque Formi…Diable !

2 Commentaires

  1. La machine est bien rôdée ; ce sont dorénavant les cartels qui gouvernent et leur marionnettes qui exécutes.
    Mais qu’ils n’oublient pas que nous sommes plus nombreux que cette clique .

Laisser un commentaire