L’Université de Californie admet que le vaccin antipoliomyélitique cause la plupart des cas de poliomyélite

0
425

PUBLIÉ PAR VAXXTERADMIN2 24/04/2018

traduction pour cogiito.com : PAJ

Le vaccin contre la polio est depuis longtemps l’une des formes de vaccination les plus acceptées. Beaucoup de personnes qui s’opposent fermement à la plupart des vaccins ne s’opposent pas toujours au vaccin antipoliomyélitique.

Cependant, une étude de l’Université de Californie a amené de nombreuses personnes à revoir leur point de vue sur le vaccin.

En juin 2017, le nombre d’enfants paralysés par des souches mutantes dérivées du vaccin antipoliomyélitique était supérieur à celui des enfants paralysés par la poliomyélite elle-même. 

La «théorie du complot» de longue date selon laquelle les vaccins antipoliomyélitiques sont à l’origine de la poliomyélite a soudainement acquis une grande validité.

En juin 2017, seuls six cas de poliomyélite sauvage avaient été diagnostiqués. Cela signifie que seuls six enfants ont contracté la polio dans un environnement typique et normal. Opposez cela avec 21 cas de polio dérivés du vaccin antipoliomyélitique et les chiffres sont effrayants. 

Cela est en grande partie lié à la version orale du vaccin antipoliomyélitique qui semble «se détacher».

C’est en fait une énigme intéressante. Le problème, c’est l’outil que vous utilisez pour l’éradication de la polio », explique Raul Andino , professeur de microbiologie à l’Université de Californie à San Francisco.

Bien que les sociétés pharmaceutiques aient créé des versions «plus faibles» du vaccin contre la polio, il reste un virus vivant qui, s’il est rencontré, peut infecter un être humain.

La version injectable ne contient apparemment pas de virus vivants, mais sa distribution est trop chère. Les dirigeants mondiaux ont donc décidé d’économiser de l’argent et de créer davantage de cas de poliomyélite en utilisant un vaccin contre la poliomyélite (j’aimerais bien en rire).

Pire encore, une étude de l’ UCSF[1] a montré que le virus «plus faible» de la polio vivant est en réalité assez redoutable une fois libéré. En d’autres termes, il évolue vers une version forte de la polio une fois qu’il est autonome. Cela signifie qu’un virus de poliomyélite vivant «plus faible» n’est pas vraiment «plus faible».

  • «Nous avons découvert que seules quelques mutations devaient se produire et qu’elles se produisaient assez rapidement au cours du premier ou des deux premiers mois suivant la vaccination», explique Andino. «Lorsque le virus commence à circuler dans la communauté, il acquiert de nouvelles mutations qui le rendent pratiquement impossible à distinguer du virus de type sauvage. C’est la polio en termes de virulence et de propagation du virus. »
  • « À présent, une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Université de San Francisco et de l’Université de Tel-Aviv en Israël a révélé que lors de chaque flambée de poliomyélite, le virus de la polio utilisait les trois mêmes étapes évolutives pour passer d’un vaccin inoffensif à une menace régionale. Dans la nouvelle étude – publiée en ligne le 23 mars 2017 dans Cell – les chercheurs ont défini ces étapes clés, en identifiant les «mutations de contrôle» qui doivent se produire avant que le vaccin puisse évoluer et retrouver une pleine virulence. Ils ont utilisé ces connaissances pour développer un nouveau vaccin antipoliomyélitique qui ne devrait pas pouvoir s’échapper et provoquer des épidémies, qu’ils espèrent pouvoir mettre prochainement à l’essai clinique. »

Et les choses sont encore pires. En juin dernier, l’Organisation mondiale de la santé avait signalé que 15 enfants syriens avaient contracté la polio d’origine vaccinale.

«En Syrie, il y a peut-être davantage de cas à venir», déclare Michel Zaffran , directeur de l’éradication de la poliomyélite à l’Organisation mondiale de la santé.

Ne devrait-il pas y avoir des responsabilités sur de telles questions ? 

Vous ne pouvez pas vous cacher derrière la philanthropie lorsque les statistiques montrent un mépris flagrant pour la vie et la sécurité des personnes. 

Cela représente 27 cas de polio, ce qui n’aurait été que six cas sans l’intervention des laboratoires.


[1] https://www.ucsf.edu/news/2017/03/406281/new-polio-virus-evolution-insights-could-lead-improved-vaccine

chapitre sur la polio en Syrie

Laisser un commentaire