MAMA ZONIA

3
502

MAMA ZONIA

rédaction : Philippe A. Jandrok

Chaque personne qui me suit sait que la mission que je me suis imposée depuis plus de 30 ans est de promouvoir la vie, la longévité, la santé et la liberté. Très tôt, j’ai décidé que je devais aider ceux qui m’entourent sans rien attendre en retour, car, on ne fait pas pour recevoir, on fait parce que l’on peut, parce que l’on doit, parce que l’on ne sait pas faire autrement, alors, on fait de son mieux.

L’Amazonie est une de mes préoccupations intimes, j’ai souvent évoqué ce poumon protecteur de la terre en de nombreux points, je vois en elle une partie fondamentale de ce corps de terre, dont elle est justement le poumon, c’est elle qui respire pour que nous puissions vivre, elle et sa diversité sublime, elle est notre dernier souffle de vie.

Une alarme silencieuse pour le monde…

Depuis des années, les Indiens sonnent l’alarme, comme le chef Raoni, devenu célèbre depuis, de rares écologistes, de vrais écologistes risquent également leur vie pour le bien commun, et nous regardons du coin de l’œil, ces courageux et courageuses que nous méprisons par faiblesse, sans réaliser à quel point leur combat est fondamental pour la vie, pour notre vie. L’industrie gagne la forêt pour la réduire en miette, et nous laissons faire les industriels européens, chinois, français, américains dans leur œuvre de destruction de la planète pour du profit, pour enrichir ce démon que l’on nomme économie et pour lui, on assassine la biodiversité en menaçant la survie de toute une planète. Le pire, je crois, est que si d’autres nous observent, ils vont dire :

  •  Les humais sont destructeurs par nature, détruisons-les

À cela je réponds, non ! c’est faux, il y a parmi les humains, des êtres bons et généreux, talentueux, amoureux de la vie et de la nature divine, et ces humains n’ont strictement rien à voir avec ces démons qui se prennent pour des hommes.

L’industrie au service de la destruction…

Aujourd’hui, les hommes d’affaires, les industriels, les semenciers OGM, les hommes politiques, les médias menteurs du monde entier et dans une complicité globale ont mis la vie de notre planète dans un danger plus mortel qu’il n’y parait. Le Washington d’après une dépêche de l’AFP, publie :

  • « Les milliers d’incendies actuels en Amazonie ne ressemblent pas aux grands feux de forêt d’Europe ou d’Amérique du Nord : ce sont en majorité des feux de végétation et de branchages dans des zones défrichées, expliquent des experts[1]. »

Des experts qui arrangent la vérité à leur façon pour aller dans le sens de l’industrie en minimisant le drame, nous le voyons au quotidien avec Big Pharma en matière de médicaments et de vaccins, nous l’avons vu avec Monsanto et son Roundup Ready, et nous les croyons, parce qu’ils sont experts ?

La moralité des experts est-elle discutable ?

Un expert est là pour témoigner d’un fait en apportant son expertise, lorsque l’on brûle des déchets : « Dans les tropiques, pas seulement en Amazonie, le feu est très utilisé pour la gestion des terres[2]« , déclare Jeffrey Chambers du laboratoire national américain Lawrence Berkeley, un spécialiste des forêts tropicales.

Image satellite de la NASA des feux actifs en Amérique du Sud. Chaque pixel rouge est un foyer d’incendie actif dans les 7 derniers jours. L’échelle de cette catastrophe est indescriptible, l’impact sur l’Amazonie, les peuples qui y vivent et la bioduversité qui en dépend n’est simplement pas mesurable. Bolsonaro devra répondre à cette dérape environnementale titanesque. #ActforAmazoniahttps://firms.modaps.eosdis.nasa.gov/map/…

La « gestion des terres » pour ne pas dire, « la déforestation méthodique » pour l’exploitation agricole et minière, cela n’a rien à voir avec une « gestion des terres » c’est une destruction de la forêt pour des intérêts financiers dont il s’agit ici. « C’est comme cela que les gens se débarrassent des déchets agricoles, et en général les feux ne rentrent pas dans les forêts. » Vraiment ? C’était peut-être le cas durant « L’Amour au temps du Choléra » il y a 100 ans, mais plus maintenant, car ces feux doivent être chimiques pour avancer comme ils avancent d’après les photos satellites de la NASA.

  • « Une forêt tropicale n’est généralement pas inflammable », car elle est humide, déclare Jeffrey Chambers à l’AFP, oui par principe, mais les photographies satellites de la NASA prouvent le contraire.

Le désespoir de la conscience

En tant que citoyen de la Terre, je suis désespéré par ce que je vois, par ce que vous voyez, et tout le travail que j’ai mené depuis toutes ces années pour tenter de sauver nos les enfants des crimes de Big Pharma est désormais réduit à néant, car, quoique nous fassions, nous sommes perdus. Ils ont déjà brûlé l’arbre de la connaissance, voilà à présent qu’ils brûlent l’arbre de vie. Les forêts du monde sont en feu, celles d’Europe, d’Amérique du Nord, du Sud, d’Afrique, d’Asie, jusqu’en Australie. Toutes sont détruites pour diverses raisons, mais détruites tout de même.

À présent, je m’adresse à tous ces trolls d’internet, qui actuellement contestent l’existence de ces feux et de cette destruction globale, vous respirez le même air que nous, vos poches sont peut-être mieux remplies par ces assassins qui vous mandatent pour faire de la Fake News, mais votre argent ne fera pousser aucun fruit ni aucun légume, il n’y aura plus de terre pour cela, il n’y aura plus de temps, et vous serez victimes comme tous les autres, comme nous que vous attaquez, que vous critiquez, vous êtes de petits criminels sans envergure, qui n’avez pas plus d’avenir que le reste de la population mondiale, sachez-le.

Le monde que nous avons connu ne sera plus…

Le monde que nous avons connu ne sera plus, les espaces verts deviendront des souvenirs, les forets des musées, les sous-bois, une légende.

La terre sera un désert habité par des zombies affamés, les villes surpeuplées seront possédées par des habitants ahuris, drogués, criminels, des bandes prendront le pouvoir et contrôleront non plus la drogue, mais la nourriture et l’eau. La vie sur terre ne sera plus la vie, mais un enfer, les démons auront gagné leur univers de destruction et de décrépitude, car les nations vendent les biens communs à des groupes privés, bientôt nos rivières seront privatisées, un bien commun, nul n’a ce droit de vendre l’eau d’une nation pour l’en priver, pour qu’elle lui soit vendue par la suite ou tout simplement interdite.

Nous sommes les derniers humains, après nous, il n’y aura plus rien, des mutants, des hommes cybernétiques, des monstres au lointain souvenir d’humanité.

Quel avenir pour nos enfants…

Nous venons de perdre notre avenir et celui de nos enfants avec la destruction systématique des forêts du monde et de la forêt amazonienne, et personne ne mesure l’importance de cette destruction qui aura des conséquences dramatiques sur notre humanité et sur toute vie sur terre.

Ne les entendez-vous pas hurler, ces Indiens incendiés, n’entendez-vous pas le cri de terreur des animaux calcinés vivants, et pour les survivants, chassés de leurs si beaux environnements qui les protégeait, chassés au Napalm par des fous, ne voyez-vous pas fondre sous vos yeux la diversité végétale qui pouvait encore nous guérir des pires maladies ? Qui sait quel arbre datant de la création s’y trouve encore caché, qui sait combien d’oiseaux transportent ses graines, pour fertiliser les sols de Gaïa, qui sait s’il n’est pas le maître créateur universel de tous les arbres du monde que des fous vont assassiner pour du soja, du maïs OGM, des palmiers pour l’huile de palme, de l’agriculture bovine… ? Usant les sols qui ont besoin d’humus et de champignons pour faire des forêts et créer de l’oxygène, l’homme est-il devenu fou, ou peut-être a-t-il lui aussi perdu son humanité pour devenir un criminel de la vie ?

Que savons-nous de l’ethnobotanique, des miracles de la sève de tel arbre, de son écorce, que savons-nous de cette fleur de couleur qui ne pousse que dans la canopée, que savons-nous de cet insecte aux étranges capacités, seuls les Indiens le savent, seule la nature le sait, nous sommes des ignorants qui nous hissons sur les épaules de la technologie, une technologie incapable de guérir du cancer, une technologie incapable de mettre un terme à la rougeole, une connaissance médiocre de notre monde, mais surtout, surtout de notre environnement que nous laissons aux mains de financiers obscures qui ne pensent qu’en termes de profit et qui détruisent la vie sans réaliser qu’ils sombreront dans le gouffre de la destruction, qu’ils auront créé avec notre complicité passive.

Une destruction programmée dans l’indifférence…

Ils ont tout détruit et les gens autour de nous, vaguement déconcertés plutôt que désorientés, passent leur temps à bronzer sur des transats réservés, à boire des cocktails, à « baiser » sur les plages de nudistes entourés par d’autres nudistes voyeurs malgré eux, et sans le moindre complexe, – « per vivere una dolce vita che perderemo per sempre » à vivre une Dolce Vita qui est désormais perdue à jamais.

  • Addio Marcello, addio Anita, chi ti ricorderà in questo mondo senza umani ? Adieu, Marcello, adieu Anita, qui se souviendra de vous, dans ce monde sans humains ?

Nous vivons nos derniers moments et nous le paierons très cher, si nous continuons à laisser faire.

la disparition des arbres a augmenté de 229 % depuis 2008

En 2008, l’Institut brésilien pour l’Environnement et la Gestion de l’Espace (INPE) déclarait que la disparition des arbres avait augmenté de 229 % en comparaison à l’année 2007.

Il y a 11 ans, nous assistions déjà à un drame écologique.

Aujourd’hui en 2019, les grandes forêts tropicales de notre planète sont détruites et mises en pièces à travers des feux criminels et volontaires de la part de personnes fort mal intentionnées. Au Brésil, la limite entre le pouvoir et l’industrie ne se cache plus, la démocratie est morte assassinée comme la forêt amazonienne.

l’industrie et le profit…

Les prétextes, sont l’industrie et le profit, mais ce sont seulement des prétextes, et à ce rythme, le poumon de la terre aura bientôt disparu. Non, je ne veux pas lire ou entendre les bêtises de ceux qui prétendent qu’il n’y a aucun feu dans la forêt amazonienne, je vous demande de vous taire à jamais, car, votre hypocrisie me fait hurler de douleur ; croyez-vous que ces feux soient soudains ? Cela fait des années que cela dure et nous regardons ailleurs, parce qu’ils nous font regarder ailleurs, les pyromanes de l’industrie. Certains diront que nous devons nous occuper de nos problèmes avant, mais avant quoi ?

Avant de mourir étouffé par manque d’oxygène ? C’est une réalité globale, et je vous demande, je vous en prie, ouvrez les yeux, c’est de la survie de l’humanité dont il est question ici.

La terre va perdre ses principales réserves d’oxygène

En dehors des spécialistes, nul ne réalise la gravité de la situation, la vie sur terre va perdre ses principales réserves d’oxygène, et aucun Grenelle, aucune fondation, aucun état, aucune taxe carbone, aucun mouvement international n’y changera rien, tant que l’on ne nationalisera pas les forêts, comme un bien commun à préserver.

Des conséquences cataclysmiques…

Ce qui, jadis, servait de rempart aux vents, aux tempêtes, aux cyclones et aux ouragans, disparait sous nos yeux, l’homme laisse à ces évènements cataclysmiques une autoroute, ce qui implique inévitablement un retour à l’âge de pierre, car l’homme ne pourra plus vivre sur la terre ferme, ses habitats, maisons, buildings seront inévitablement ravagés par des tempêtes d’une violence encore inconnue, ce sera la ruine de notre civilisation et que personne ne vienne nous dire que nous ne savions pas, nous savions, nous savons et nous laissons faire, c’est donc que l’intention de la destruction de notre civilisation et de la vie, est bien intentionnelle.

La destruction des espèces végétales…

La destruction des espèces végétales, d’arbres centenaires, de plantes aux vertus médicinales exceptionnelles, qui mettront une à deux générations pour repousser ou tout simplement, qui ne repousseront jamais plus, sont un désastre écologique et humain d’une importance qui dépasse l’entendement.

l’homo-industrialis

Le problème de notre société est que l’homo-industrialis ne voit pas plus loin que le bout de son nez, il n’envisage que le présent sans prévoir son avenir, en dehors des stratèges qui se chargent de le prévoir pour lui, ce sont ces stratèges qui sont mis en place pour conseiller les grands dirigeants de ce monde, qui évaluent les possibilités et qui détruisent l’emploi, la nature, la santé, les peuples, la société, dans l’intention d’en modifier le visage et pour nous mettre, nous, le peuple, devant le fait accompli lorsque nous n’aurons plus d’autres choix, puisqu’ils auront pratiqué, puisqu’ils pratiquent la politique de la terre brulée. Attila n’est pas qu’un souvenir lointain, nous avons de nouveaux Attilas industrieux et industriels, qui détruisent la vie pour du profit, et lorsqu’il ne restera que du profit et plus de vie, nous nous entretuerons pour nous manger nous-mêmes, l’argent n’aura plus de valeur, comme au Venezuela, pas plus que les richesses, seule la chair humaine en aura :

  • « Le Centre britannique Hadley a indiqué que même si l’abattage des arbres s’arrêtait dès aujourd’hui, le territoire amazonien est de toute façon condamné à devenir un désert d’ici à la fin du siècle. Pour éviter cette catastrophe écologique, le réchauffement planétaire doit rester sous les deux degrés (nous nous situons actuellement à 1 degré en Europe). Mais cet objectif semble impossible à réaliser, même si nous diminuons drastiquement nos rejets de CO2.[3] » déclare la journaliste Caroline Albert dans son article publié sur 7/7 le 30 août 2008.

Les conseillers aux manettes

Alors qui contrôle ces conseillers, est le grand mystère, en tous les cas des êtres humains ou pas, qui ont pour intention première de nous exterminer, puisque l’homme du peuple n’empoisonnerait jamais son environnement, ni ses enfants ni sa famille. L’homme du peuple n’est pas raciste, il le devient, c’est un formatage culturel, l’homme du peuple n’est pas guerrier, il le devient, c’est un formatage culturel, l’homme du peuple n’est pas l’assassin de sa famille avec les vaccins, il le devient, c’est un formatage, à nouveau, culturel.

Ce n’est pas l’homme du peuple qui met le feu à la forêt de Sumatra et qui détruit les espèces endémiques, comme celles des grands singes. L’Orang-Outang a vécu en sécurité durant des milliers d’années, il est aujourd’hui en voie d’extinction sous prétexte de produire de l’huile de palme pour les humains alors que cette huile est une des pires pour la consommation humaine. Cette exploitation détruit d’une part le biotope, la nature, l’oxygène, mais également des espèces animales et végétales d’importance. Ensuite, on vient nous parler de préservation, de Grenelle de l’environnement ou de je ne sais quelle arnaque climatique, alors que les industriels ont carte blanche pour nous assassiner, car c’est la conséquence inévitable de ces actions malveillantes. La démocratie ne nous a pas permis de grandir, mais elle a permis de renforcer le pouvoir dictatorial de petits marquis arrogants endossant le costume de président, tout beau tout sourire dont l’objectif est de détruire, non seulement la nation, mais la vie même. Pourquoi faire de la politique coute cher, parce que les industriels se débrouillent pour que ce soit le cas.

Cessons de réclamer des démissions…

Nous ne devons plus demander à ces criminels de démissionner, ils nous assassinent, non, nous devons nous débarrasser de ces criminels qui commettent des crimes bien plus grands que les petits voyous qu’ils condamnent, car ils mettent en péril l’équilibre précaire de la vie même.

Le président Macron a menti encore une fois en autorisant l’utilisation du glyphosate pour 5 ans supplémentaires. Pour certains ce n’est qu’un pesticide, pour d’autres, c’est la mort assurée, la mort de la diversité biologique et végétale, la maladie pour les utilisateurs et les consommateurs de ce produit vaporisé sur des récoltes alimentaires, le glyphosate agit en synergie avec l’aluminium vaccinal qui provoque inévitablement l’autisme d’après les recherches de Stéphanie Seneff au MIT (voir Pandora).

Alors oui, nous pouvons prétendre que le président Macron est complice d’un empoisonnement de la société française sur ce point précis, puisqu’il a autorisé l’utilisation de ce produit reconnu comme probablement cancérogène, puis imposé la loi sur les 11 vaccins obligatoires qui contiennent de l’aluminium et du mercure, des neurotoxiques considérés comme responsables dans l’épidémie d’autisme que le monde vit depuis les obligations vaccinales.

Les vrais criminels sont nos dirigeants qui sont complices d’une entité supérieure qui les a mis en place sans que nous puissions les connaitre, ils se cachent pour agir secrètement dans l’ombre, car ils ne veulent pas que la nation humaine comprenne leur rôle de destructeurs de la vie sur terre, la terre qu’ils transforment pour la rendre supportable pour eux et plus pour nous.

C’est pourquoi, ces criminels habituent les sociétés humaines à vivre sans forêt, sans arbres, sans diversité, bientôt ils mettront un « soleil vert[4] » dans les cantines en le présentant comme le miracle de l’alimentation qui contient tous les éléments nutritifs et nécessaires, c’est vrai, à quoi bon manger des plantes lorsque l’on peut se régaler d’un cracker en farine de cadavres bourrés de produits chimiques et toxiques pour détruire chaque jour davantage la résistance humaine face à l’horreur ?

Les diables qui contrôlent nos sociétés humaines n’ont qu’un objectif, nous affaiblir pour mieux nous écraser. Les citoyens ne voient aucune raison de ne pas utiliser des bombes insecticides pour se débarrasser des cafards dans leur cuisine, et bien, ceux qui nous dirigent en font autant avec nous, avec leurs monstrueux chemtrails, leurs vaccins, en polluant notre eau de consommation, notre nourriture, en vidant la mer des poissons pour affamer les espèces marines qui deviendront carnivores inévitablement pour se nourrir, la mer deviendra notre cercueil dans quelques années si nous continuons à la détruire comme nous le faisons.

… ouvrir les yeux sur ce massacre en cours…

Nous devons ouvrir les yeux sur ce massacre en cours, les forêts, la mer, les cours d’eau, le terrorisme, la finance, le bétail empoisonné par la chimie des hommes, la modification de l’Homme pour lui retirer son humanité en triturant son ADN et le transformer en homme machine qui n’a plus les mêmes besoins que les humains, alors, que nous restera-t-il bientôt pour survivre ?

La terre sera vidée de l’humanité, de ses espèces marines, de ces espèces endémiques, la terre sera un cimetière au souvenir lointain de ce qu’elle était un jour, une terre sans hommes, désertique, avec le souvenir d’un temps où les forêts recouvraient la terre en lui offrant l’oxygène nécessaire à son épanouissement.

… la consommation humaine principale cause de destruction des forêts…

Il me semble que le lecteur comprend que la consommation humaine et la population sans cesse croissante sont la principale cause de destruction des forêts en raison de la grande quantité de ressources, produits et services que nous en tirons, mais en tirons-nous vraiment des bénéfices ?

En détruisant les forêts, nous détruisons le monde végétal qui a les solutions pour soigner et guérir les hommes bien mieux que les monstruosités de Big Pharma qui nous assassinent à petit feu en nous faisant croire qu’elles peuvent nous guérir et nous soigner :

… l’ibuprofène, un produit dangereux…

  • « Une nouvelle étude révèle qu’un analgésique couramment consommé, et considéré à tort comme “inoffensif” par des millions de personnes, est probablement la cause de milliers de décès par arrêt cardiaque chaque année[5]. » Il s’agit de l’ibuprofène.

Selon l’ACS, la « Fondation des arrêts cardiaques soudains », les arrêts cardiaques sont l’une des principales causes de décès chez les adultes de plus de 40 ans aux États-Unis et dans d’autres pays. Environ 326 200 personnes subissent chaque année un arrêt cardiaque soudain non hospitalisé aux États-Unis, et 9 victimes sur 10 de SCA en mourront.

Un rapport publié dans le numéro de mars de European Heart, dans le Journal de Pharmacologie cardiovasculaire déclare :

Le professeur Gunnar H. Gisalson, l’un des chercheurs principaux de cette étude a expliqué :

  • « En permettant à ces médicaments d’être achetés sans ordonnance et sans aucun conseil ni restriction, le public devra être averti qu’ils doivent être sûrs. » « Des études antérieures ont montré que ces anti-inflammatoires sont liés à un risque cardiovasculaire accru, ce qui est préoccupant, car ils sont largement utilisés. »

100 ans pour détruire les forêts du monde…

Ne devrions-nous pas réaliser le drame qui se déroule devant nos yeux, la moitié des forêts tropicales du monde ont été détruites en un siècle. Des forêts vieilles de plusieurs milliers voire millions d’années sont détruites en à peine 100 ans ? Pour quoi et surtout, pour qui ?

Il est peu probable que l’homme ait tant de besoins pour justifier une telle destruction. L’homme est présent sur terre depuis plusieurs millions d’années, mais en 100 ans, par sa seule volonté, il est capable de détruire la planète et sa survie ? De quel droit une poignée d’hommes se rendent-ils coupables d’une action ?

… la surconsommation, à l’origine de la destruction de la vie…

Nous consommons pour notre plaisir et non pas par nécessité, des fruits, des céréales et des légumineuses provenant des pays tropicaux qui sont cultivés dans des régions où les forêts tropicales étaient autrefois prospères. À l’origine ces fruits et noix servaient à la faune locale, autant animale qu’humaines, nous rencontrons le même problème avec le Quinoa au Pérou, Bolivie, Équateur, cette plante cultivée sur les hauts plateaux, qui était la nourriture de base des indigènes et qui leur est désormais retiré pour l’importation. Nous enlevons directement le pain de la bouche des natifs pour profiter de leur principal repas, n’est-ce pas un comble, dans une société du commerce équitable, vraiment ? Mais l’occident fait la même chose avec l’Afrique, l’Asie…

… forêts détruites pour planter des OGM… et chercher de l’or…

Les forêts sont aujourd’hui détruites pour laisser place à de vastes plantations où sont cultivés des produits tels que la banane, l’huile de palme, l’ananas, la canne à sucre, le thé et le café, une grande partie de ces denrées ne sont pas indispensables à notre survie, et leur surexploitation nuit inévitablement à l’équilibre des forces naturelles, des échanges entre la terre et le ciel et au renouvellement des sols. Les sols ne soutiendront pas ces cultures longtemps en y ajoutant l’élevage du bétail et, après quelques années, les agriculteurs devront supprimer davantage de forêts tropicales pour créer de nouvelles plantations, mais jusqu’où irons-nous ?

La forte demande en ressources énergétiques, en minéraux et en métaux tels que le pétrole, l’aluminium, le cuivre, l’or et les diamants, signifie que les forêts tropicales sont détruites pour accéder au sous-sol de ces forêts. Les pays développés exigent sans relâche ces ressources et pour les extraire, la forêt doit donc être supprimée, rasée, éliminée avec toute sa biodiversité.

… Avatar nous montre la voie…

Nous avons été bouleversé, des millions de personnes dans le monde ont vu le film Avatar, nous avons pratiquement tous pris le parti des Navi et de la défense de leur environnement, mais aujourd’hui, nous sommes ces Navi, il s’agit de notre environnement et que faisons-nous ?

Nous assistons à cette destruction en faisant salon. J’ai conscience que le rédacteur que je suis fait des conférences derrière son bureau, je n’ai pas la force ni le courage des militants, et chacun fait son travail, le mien est de faire des recherches et d’informer, mon travail, c’est d’écrire, celui d’autres personnes est de militer physiquement, chacun fait ce qu’il sait faire de mieux à son niveau et chaque travail est digne de respect, même le plus simple. 

… l’extraction des métaux précieux…

Dans l’extraction de l’or et d’autres métaux, des produits chimiques toxiques sont parfois utilisés pour séparer les déchets des minéraux, par exemple le mercure, qui sert à séparer l’or du sol et les débris avec lesquels il est mélangé. Ces produits chimiques finissent souvent dans les rivières, polluant les ressources en eau dont dépendent les populations locales, tuant les poissons et affectant l’écosystème de la rivière, les exploitants se fichent des conséquences écologiques et ne prennent pas la moindre responsabilité de leurs actions criminelles.

… Les effets de la pollution de l’eau peuvent-être les mêmes qu’à Hiroshima…

Après les bombes atomiques lancées sur le Japon, le 6 août 1945, la pollution généralisée par la radioactivité eut des conséquences dramatiques sur les enfants et les adultes japonais dénommés depuis les « hibakusha » qui veut dire « exposés à la bombe », les radiations ont généré d’innombrables symptômes, comme des cancers du foie, du pancréas[6], des pertes de peau,  de cheveux, des infirmités, enfin, une survie de souffrance. La pollution des forêts par les exploitants miniers pollue et assassine de la même façon les populations indigènes et la biodiversité de ces forêts, ces crimes d’empoisonnement ne sont sanctionnés par aucune autorité, ils le seront sans doute, un jour, lorsqu’il n’y aura plus rien à gagner à empoisonner nos réserves d’oxygène.

… manifester pour la planète c’est risquer sa vie…

Lorsque des Indiens de ces forêts manifestent leur mécontentement auprès des exploitants face à la destruction de leur environnement, lorsqu’ils prennent la parole publiquement pour faire connaître ces crimes, ils sont massacrés, les leaders exécutés, par des milices, des ouvriers exploitants, la police même, la politique de destruction est totale et la collaboration criminelle du haut au bas de l’échelle est cruelle autant qu’illogique.

… l’or ne créera pas de nourriture…

Ces criminels qui s’enrichissent sont responsables de notre avenir, ils se contentent de l’empoisonner pour des richesses illusoires, car l’or ne créera pas de nourriture, de médicaments naturels, de beauté, d’oxygène, de vie.

Nous constatons que les forêts pluviales sont gravement touchées par les sociétés pétrolières à la recherche de nouveaux gisements de pétrole et l’hypocrisie de ce minable technocrate à la tête de notre pays celui qui verse des larmes de crocodile pour faire pleurer dans les chaumières et manipuler le public encore naïf de ses mensonges. L’homme est une catastrophe humanitaire à lui tout seul.

… La forêt, un lieu de passage…

Souvent, les grandes routes sont construites à travers des forêts intactes afin de construire des pipelines et d’extraire le pétrole. Cela encourage les colons à s’installer dans des forêts vierges et à se lancer dans l’agriculture sur brûlis ou à couper davantage de bois d’œuvre pour la vente ou la production de charbon de bois, pour chauffer les populations locales et les nouveaux arrivants. 

… Total, un empire de destruction…

Une fois installés, les oléoducs qui transportent le pétrole se rompent parfois, déversant des litres de pétrole dans la forêt environnante, tuant la faune et contaminant les réserves en eau des villages locaux. Et que faisons-nous ? Nous laissons faire, nos gouvernants laissent faire, parce qu’intervenir contre Total, c’est s’opposer à l’économie du secteur automobile, de l’énergie… N’est-il pas pathétique de constater que nous sommes pris au piège par un système pervers qui montre ses limites, mais tant qu’il y a à gagner de l’argent pour certains, ces gens-là s’acharnent quitte à détruire notre monde. En investissant dans une exploitation qui rapporte, la Banque mondiale et les grandes entreprises investissent dans les pays en développement pour la construction de barrages destinés à la production d’électricité, après avoir ruiné l’Occident, ils veulent contrôler ces pays. Ils nous font passer ces barrages qui sont des désastres écologiques pour des énergies propres pour se donner bonne conscience, et le pire, c’est qu’ils y croient.

Le barrage est souvent considéré comme une énergie « propre » et renouvelable, mais cela implique le plus souvent des inondations de vastes zones de forêt tropicale. Les barrages construits dans les zones de forêt pluviale ont souvent une courte vie, car la forêt submergée se décompose progressivement rendant l’eau du réservoir acide, ce qui finit par corroder les turbines du barrage, ils le savent, mais ils s’en fichent. À ce rythme, les forêts du monde disparaîtront complètement de notre vivant !

… agir pour sauver le monde…

Nous devons agir pour que ces forêts, ces plantes, ces animaux et nous-mêmes, les êtres humains qui en dépendent, continuions à vivre. La déforestation est en fait considérée comme le deuxième facteur majeur du changement climatique, responsable de 18 à 25 % des émissions annuelles mondiales de dioxyde de carbone et pour cela pas de taxes, nous laissons faire, alors que c’est de notre vie qu’il s’agit, de notre survie. Pour un arbre coupé, un arbre planté, voilà la règle à respecter, elle est indispensable et nécessaire.


… quelles sont les causes…

Les causes humaines directes de la déforestation sont :

  1. l’exploitation forestière
  2. l’agriculture
  3. l’élevage du bétail
  4. l’exploitation minière
  5. l’extraction de pétrole
  6. la construction de barrages

Nikola Tesla nous a pourtant donné la solution pour bénéficier de l’énergie gratuite, le soleil est une source d’énergie inépuisable, la recherche produit des panneaux solaires, des tuiles à énergie produite par les gouttes de pluie, une énergie gratuite, mais non, il faut détruire la vie pour produire des barrages qui en fait, ne servent qu’à enrichir les industriels et à maintenir les humains en situation d’esclavage.


Chaque année, environ 18 millions d’hectares de forêt — une superficie de la taille de l’Angleterre et du pays de Galles — sont défrichés, soit un tiers du territoire de la France (54 394 000 hectares). Bientôt nous n’aurons plus que nos yeux pour pleurer. Alors qu’allons-nous faire ? Rester les bras croisés à attendre que la fin nous saisisse ?

Nous vivons une époque Formi… Diable !

Notes

[1] https://www.nouvelobs.com/monde/20190824.AFP3075/pourquoi-une-partie-de-l-amazonie-brule-t-elle.html?fbclid=IwAR3xEyKeY2_Wil2XMPHw4lxqJc4FaAbvRKjYLOPbDRQqvSBviCH8E9OWVgg

2 https://www.nouvelobs.com/monde/20190824.AFP3075/pourquoi-une-partie-de-l-amazonie-brule-t-elle.html?fbclid=IwAR3xEyKeY2_Wil2XMPHw4lxqJc4FaAbvRKjYLOPbDRQqvSBviCH8E9OWVgg

3 https://www.7sur7.be/ecologie/l-amazonie-aura-disparu-en-2030~a214a64a/?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=socialsharing_web&fbclid=IwAR3VQHkHYXeJNBVOVFbE39uF109i4uOHCfRILVo32lhan0tPtt7XO28mKe8

[1] “Soylient Green”, film de science-fiction de Richard Fletcher (1973), d’après un roman de l’écrivain Harry Harrisson publié en 1966.

[1] https://wisemindhealthybody.com/green-med-info/ibuprofen-can-stop-your-heart/?fbclid=IwAR1GoK16ORNYhrZy5l_nhVaiDq2SMp3uW8jn7dTCQdt5vrkAIYmoR0nG-aE

[1] https://www.rerf.or.jp/en/information/00008678-3/


[1] https://www.nouvelobs.com/monde/20190824.AFP3075/pourquoi-une-partie-de-l-amazonie-brule-t-elle.html?fbclid=IwAR3xEyKeY2_Wil2XMPHw4lxqJc4FaAbvRKjYLOPbDRQqvSBviCH8E9OWVgg

[2] https://www.nouvelobs.com/monde/20190824.AFP3075/pourquoi-une-partie-de-l-amazonie-brule-t-elle.html?fbclid=IwAR3xEyKeY2_Wil2XMPHw4lxqJc4FaAbvRKjYLOPbDRQqvSBviCH8E9OWVgg

[3] https://www.7sur7.be/ecologie/l-amazonie-aura-disparu-en-2030~a214a64a/?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=socialsharing_web&fbclid=IwAR3VQHkHYXeJNBVOVFbE39uF109i4uOHCfRILVo32lhan0tPtt7XO28mKe8

[4] “Soylient Green”, film de science-fiction de Richard Fletcher (1973), d’après un roman de l’écrivain Harry Harrisson publié en 1966.

[5] https://wisemindhealthybody.com/green-med-info/ibuprofen-can-stop-your-heart/?fbclid=IwAR1GoK16ORNYhrZy5l_nhVaiDq2SMp3uW8jn7dTCQdt5vrkAIYmoR0nG-aE

[6] https://www.rerf.or.jp/en/information/00008678-3/

3 Commentaires

  1. Bonjour cher Monsieur Jandrok, je demeure au Québec et je partage continuellement vos vidéos. Aurais-je votre permission pour prendre ce texte sur l’Amozone et le modifier pour qu’il soit adapté à notre Québec. Bien entendu que je vais spécifier que vous en êtes l’auteur. Merci

Laisser un commentaire