Plus de femmes meurent du cancer du col de l’utérus depuis l’introduction du vaccin Gardasil

3
4985

par Brian Shilhavy
Rédacteur en chef, Health Impact News

https://vaccineimpact.com/2022/more-women-are-dying-from-cervical-cancer-since-the-gardasil-vaccine-was-introduced/

Avant les vaccins expérimentaux COVID-19 qui ont été testés sur le public avec des résultats désastreux, le vaccin HPV Gardasil était le sujet le plus lu sur Health Impact News , car nous avons publié littéralement des centaines d’articles sur ce vaccin mortel qui a détruit tant de vies.

Le vaccin Gardasil produit par Merck est annoncé comme un moyen de prévenir le cancer du col de l’utérus en arrêtant le virus du papillome humain. Le vaccin contre le VPH provoque des maladies auto-immunes ainsi que l’insuffisance ovarienne primaire rendant les jeunes filles stériles.

Et désormais, une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’UCLA a révélé que le cancer du col de l’utérus à un stade avancé a en fait augmenté depuis le lancement du vaccin Gardasil.

Cela semble être une contradiction en ce qui concerne le cancer du col de l’utérus… le Journal international du cancer gynécologique de septembre montre que les taux globaux sont en baisse, mais plus de femmes reçoivent un diagnostic de cancer de stade quatre. Cela signifie que plus de femmes meurent. 

https://www.fox13now.com/news/health/late-stage-cervical-cancer-cases-are-on-the-rise

Bien sûr, si vous lisez cette étude dans les médias d’entreprise, ils interrogeront des médecins qui recommandent davantage de vaccins contre le HPV.

Voici un rapport de 2 minutes sur cette nouvelle étude de l’UCLA du Dr Peterson Pierre avec America’s Frontline Doctors. C’est sur notre chaîne Bitchute .

Le passé troublé du vaccin Gardasil et la corruption du CDC

Julie Gerberding a été responsable du CDC de 2002 à 2009, ce qui comprend les années où la FDA a approuvé le vaccin Merck Gardasil.

Peu de temps après avoir repris le CDC, elle  aurait  complètement remanié la structure organisationnelle de l’agence, et de nombreux scientifiques et dirigeants du CDC sont partis ou ont annoncé leur intention de partir. Certains ont affirmé que presque tous les remplaçants nommés par Julie Gerberding avaient  des liens avec l’industrie du vaccin .

Gerberding a démissionné du CDC le 20 janvier 2009 et a pris la présidence de la division Vaccins de Merck, une opération de 5 milliards de dollars par an et le fournisseur du plus grand nombre de vaccins recommandés par le CDC ( article ici ).

https://xconomy.com/national/2011/06/24/mercks-julie-gerberding-former-cdc-director-on-the-future-of-vaccines/

Il a été  rapporté en 2015  que le Dr Gerberding, aujourd’hui vice-présidente exécutive du géant pharmaceutique Merck, avait vendu 38 368 de ses actions Merck pour 2 340 064,32 $. Elle détient toujours 31 985 actions de la société, évaluées à environ 2 millions de dollars.

Outre des exemples comme celui-ci montrant un conflit d’intérêts clair entre les agences gouvernementales chargées de superviser la santé publique et la sécurité des vaccins et les sociétés pharmaceutiques, l’Institut national de la santé détient également des brevets sur des vaccins tels que Gardasil et perçoit des redevances sur la vente de vaccins.

Le Dr Eric Suba a tenté d’utiliser la loi sur la liberté d’information pour savoir combien d’argent l’  Institut national de la santé (NIH) a gagné grâce à la vente de Gardasil , mais ils ont refusé de déclarer le montant des revenus que le gouvernement tire de ce vaccin (bien que ne niant pas qu’ils gagnent des redevances).

Les problèmes juridiques de Merck avec le vaccin Gardasil sont bien connus en dehors des États-Unis, où ils ne bénéficient pas de la même immunité légale que la loi américaine leur accorde pour les dommages dus au vaccin.

Manifestations contre le vaccin Gardasil HPV dans les rues de Colombie. 
Histoire .

La presse négative concernant le vaccin Gardasil HPV et les problèmes juridiques de Merck peut être trouvée en France ,  en Espagne ,  au Japon , en  Irlande ,  au Danemark , au  Royaume- Uni , en  Inde et  bien d’autres .

En France, le Dr Dalbergue, ancien médecin de l’industrie pharmaceutique chez le fabricant du Gardasil, Merck, a déclaré :

Je prédis que Gardasil deviendra le plus grand scandale médical de tous les temps parce qu’à un moment donné, les preuves s’accumuleront pour prouver que ce vaccin, prouesse technique et scientifique qu’il soit, n’a absolument aucun effet sur le cancer du col de l’utérus et que tout les très nombreux effets pervers qui détruisent des vies et même tuent, n’ont d’autre but que de générer du profit pour les industriels. ( Source .)

À la suite peut-être de cette presse négative en France, l’  Agence nationale française de sécurité du médicament et des produits de santé , qui fait partie de l’  Agence européenne des médicaments , qui travaille dur pour promouvoir les vaccins, a participé à une étude pour examiner si oui ou non le vaccin contre le VPH avait un «risque accru de maladies auto-immunes».

Le titre de  l’étude , publiée en août 2017, s’intitulait :  Vaccination contre le papillomavirus humain et risque de maladies auto-immunes : Une grande étude de cohorte de plus de 2 millions de jeunes filles en France .

En tant qu’agence gouvernementale pro-vaccin, il faut s’attendre à ce que l’étude se concentre principalement sur le «contrôle des dommages» aux perceptions négatives du public concernant le vaccin contre le VPH et rassure le public sur l’innocuité du vaccin.

Il est donc quelque peu surprenant que l’étude ait soulevé le moindre problème de sécurité. Ils ont admis que le syndrome de Guillain-Barré (SGB), une maladie invalidante similaire à la poliomyélite, avait un taux significativement plus élevé chez les personnes vaccinées avec le vaccin contre le VPH par rapport à celles qui ne l’étaient pas.

Une autre étude  publiée à peu près à la même époque (juillet 2017) a été menée par des médecins mexicains de l’Institut national de cardiologie.

L’étude a mis en évidence plusieurs domaines de préoccupation et de divergences, y compris un rapport de sécurité de l’Agence européenne des médicaments.

Les résultats de leur étude ont révélé:

  1. L’absence de placebo inerte dans la grande majorité des études randomisées sur le vaccin contre le VPH avant l’homologation
  2. De vastes essais randomisés ont révélé des événements indésirables significativement plus graves dans la cohorte de vaccins contre le VPH testés
  3. L’analyse de l’innocuité groupée a révélé plus de symptômes post-immunisation dans le vaccin bivalent contre le VPH par rapport au vaccin contre l’hépatite A
  4. Les séries de cas d’événements indésirables liés au vaccin contre le VPH après la commercialisation décrivent un groupe de symptômes similaires à ceux signalés dans les essais précliniques
  5. Le rapport de l’Agence européenne des médicaments sur la sécurité du vaccin contre le VPH s’est penché sur des diagnostics spécifiques et non sur des groupes de symptômes
  6. Une analyse approfondie de certaines études de soutien post-commercialisation sur l’innocuité du vaccin contre le VPH révèle des résultats inquiétants

L’étude a trouvé les statistiques concernant le nouveau Gardasil 9 particulièrement troublantes, car les statistiques suggèrent que des dommages graves sont subis toutes les 140 injections. Voir:

Étude internationale : Un regard honnête sur les statistiques montre que le vaccin contre le VPH n’est pas sûr

Colton Berret et sa mère ont été interviewés lors de la visite en bus de Vaxxed I. Colton 
a subi de graves blessures en raison du vaccin Gardasil qu’il a reçu à l’âge de 13 ans et a été paralysé du cou aux pieds. 
Il 
est décédé peu de temps après cet entretien et il a été révélé plus tard qu’il s’était suicidé.

Conclusion : il n’y a pas de vaccins sûrs

L’histoire du Gardasil qui continue de rester sur le marché et de détruire des vies est un autre exemple de la raison pour laquelle les vaccins COVID-19 ne sont pas les seuls à être dangereux et à avoir été approuvés par des responsables gouvernementaux corrompus.

Ainsi, la prochaine fois que vous entendrez un politicien ou un médecin critiquer les vaccins COVID-19, préfacer ce qu’ils disent par “Je suis pro-vaccin”, souvenez-vous du Gardasil et des nombreux autres vaccins qui continuent de détruire des vies.

Images de quelques-unes des femmes sur lesquelles nous avons rédigé des articles au fil des ans et dont la vie a été détruite par le vaccin contre le VPH. 
Ceci n’est qu’un échantillon.

En savoir plus sur Gardasil

Commentez cet article sur HealthImpactNews.com .

3 Commentaires

  1. Pourquoi les parents ne se posent pas de questions sur le choix de faire vacciner ou non son enfant , donc une personne autre que soit ? On ne se pose plus de questions à présent, on obéis sans réfléchir. Mais il faut changer les comportements dociles et un choc va sans doute faire réfléchir.

  2. Bonjour,
    la gynécologue “pro-vaxx” que mon épouse vient de consulter à confirmé une augmentation phénoménale des cancers du col de l’utérus et des cancers du sein.
    Et ça n’est pas divulgué par les mé-diats…
    (Venant de Belgique capital)

Laisser un commentaire