Pourquoi les élus prononcent très souvent la phrase “Vive la république !” ?

0
253

Vous avez surement déjà entendu cette petite phrase qui sert en général à conclure un discours politique : « Vive la république !». Vous pouvez également remarquer qu’aucun politicien ne prononce des phrases comme « Vive la liberté ! », « Vive la fraternité ! » ou même « Vive l’égalité ! », ces mots qui font pourtant parti de la devise de la république française…

République

Pourquoi les élus se réjouissent-ils autant d’être en république ? Pour cela, il suffit de consulter le dictionnaire.

Voilà la définition du mot république dans le Larousse : « Forme d’organisation politique dans laquelle les détenteurs du pouvoir l’exercent en vertu d’un mandat conféré par le corps social. ».

Tout est dit ! Ils se réjouissent de ce système d’organisation sociale étatique qui leur confère l’exercice du pouvoir. Il adore ce système dans lequel les citoyens ne choisissent pas leur avenir mais choisissent CEUX qui décideront de leur avenir !

Démocratie

Si nous étions dans une vraie démocratie, les citoyens voteraient eux-mêmes pour ou contre les lois. L’étymologie nous le confirme : Démocratie, du grec « dêmokratia » qui signifie le pouvoir (kratos) au peuple (dêmos).

Gardez bien en tête que dans une République le pouvoir est donné aux élus (qui vont l’exercer).

On comprend très bien que pour des raisons pratiques, quelques dizaines de millions de français ne peuvent pas être invité à l’assemblée nationale pour faire des choix législatifs (définir et choisir les lois). Il est donc normal que le peuple est des représentants.

Le problème essentiel réside justement dans la représentation : Les élus n’ont aucun compte à rendre à leurs électeurs ! Comme le dit la définition du mot république, ils exercent le pouvoir qui leur a été conféré, mais malheureuse ils s’arrêtent là. Une fois au pouvoir, les désirs et les opinions du peuple disparaissent comme par magie…

Si on y réfléchi une seconde, on se rend compte qu’une société pourrait s’organiser Démocratiquement sans pourtant être une République ! C’est d’autant plus vrai qu’au 21ième siècle nous disposons des outils, notamment numériques, qui permettraient aux citoyens de faire des propositions de loi et de choisir de les accepter ou pas.

Maintenant, je vous invite à vous questionner sur le premier alinéa du premier paragraphe du premier article de la constitution française (bref, la première phrase de la constitution) :

« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. »

Nous avons vu ce que veut dire « République » et « Démocratie ».

Le paradoxe démocratico-républicain

Si dans une République, le pouvoir est donné aux représentants… ceux-ci n’ayant aucun compte à rendre à leurs électeurs, comment peut-elle être démocratique ?

Il est d’ailleurs très intéressant de comparer l’évolution de la définition du mot « démocratie » entre le Larousse papier de 1990 et la version en ligne d’aujourd’hui.

Voici la version de 1990, beaucoup plus détaillée que la nouvelle définition comme nous le verrons ensuite :

Démocratie – Petit Larousse 1990

Il est intéressant de noter les mots suivants : « Le peuple exerce sa souveraineté LUI-MEME … » avec ou sans intermédiaire !

La version actuelle est la suivante :

Démocratie – Larousse en ligne 2019

La définition devient floue avec la présence du mot « émane » : le peuple en est à la source, mais le pouvoir des « intermédiaires » n’est pas évoqué…

La valse des mots

Vous me direz qu’il est normal que les mots évoluent dans le temps. Pour certains mots je suis tout à fait d’accords… Mais pour des mots qui change le sens d’un texte écrit en 1789 et qui est le fondement de notre organisation sociale (notre façon de vivre ensemble), c’est tout à fait problématique !

D’ailleurs, Benito Mussolini lui-même, dès son arrivé au pouvoir, avait fait changer la définition de certains mots et en avait fait disparaître d’autres pour que les citoyens Italiens ne puisse plus exprimer leurs « Maux ».

Laisser un commentaire