POURQUOI LES EXPERTS BRITANNIQUES RECOMMANDENT-ILS LE VACCIN ANTI-HPV POUR LES PERSONNES ÂGÉES DE PLUS DE 60 ANS ?

1
455
Les victimes du gardasil©

Health Impact News, le 28 septembre 2019,  par Christina England

Traduction et commentaires pour Cogiito.com : PAJ

INTRODUCTION

Dans cet article de Health Impact News d’après une publication de la presse britannique portant sur la nouvelle mode vaccinale, celle de vacciner les personnes âgées avec le HPV d’après l’avis d’un « comité d’experts » britanniques étrangement impliqués dans les bénéfices des ventes de ce vaccin, des experts qui inventent vraisemblablement une fausse science pour justifier leurs déclarations sous l’impulsion de Big Pharma, alors que c’est la science qui devraient justifier leurs déclarations, ce qui est loin d’être le cas, car nous rencontrons de très nombreuses contradictions entre les affirmations de ces experts dans l’article publié par le Daily Mail et la science nourrie par les faits.

Assisterions-nous ici, à l’image, semble-t-il, d’une nouvelle fraude scientifique de grande ampleur organisée par des personnes malhonnêtes en direction de la population qu’elles prendraient pour naïve, comme Big Pharma l’a toujours fait ?

J’ai privilégié de prélever des passages de cet article de Health Impact News et d’en faire une explication de texte en la commentant en détail, afin de permettre au lecteur de comprendre les méthodes employées par les laboratoires pour gagner de nouveaux marchés, et pour vendre encore plus de vaccins à une nouvelle cible, ce qui est, et c’est un avis personnel que je partage, pur folie. Le lecteur comprendra que nous assistons à une véritable conquête sociale et religieuse, une sorte de djihad de la fausse science, menée, non pas par des croyants ou des religieux, mais par des escrocs qui se dissimulent derrière une fausse science pour faire fonctionner un business que rien ni personne ne semble vouloir arrêter.

Les croisades, Bibliothèque Nationale
https://images.bnf.fr/#/home/

C’est une véritable croisade religieuse à laquelle nous assistons sans réagir, une conquête basée sur le même modèle des croisades pour préserver les reliques du christ, et imposer sa croyance de force, comme toutes les croisades religieuses de l’humanité. Les laboratoires ne craignent même plus d’être démasqués, ils le sont mais ils s’acharnent à imposer leur escroquerie de santé à travers les politiques qui forcent des actes médicaux contre nature, inutiles et dangereux, et qui s’opposent aux lois internationales sur le consentement éclairé. L’industrie pharmaceutique utilise des experts au même titre que Monsanto pour affirmer que le Roundup ready et son glyphosate ne sont pas toxiques alors que la science prouve le contraire, tout comme la science a déjà prouvé que le vaccin HPV est véritablement inutile et dangereux, malgré le discours des laboratoires, de certains médecins amoureux de l’or plus que de la santé, et bien sûr de la presse qui est l’organe de propagande de Big Pharma.

Commençons par cette déclaration de l’article du Daily Mail qui titre : « À présent, donnez à tous les ADULTES la vaccination contre le HPV contre le cancer et sauvez des  » milliers de vies « , comme l’exigent les experts, car les preuves montrent que le vaccin direct peut aussi réduire le risque de cancer chez les adultes« .

https://www.dailymail.co.uk/health/article-7515235/Give-ADULT-cancer-fighting-HPV-jab-save-thousands-lives-experts-demand.html?fbclid=IwAR1BbwnMjrU_EH6wVz3TM-Gr5IXWcQ79AR6M82WMuvrXiPUL3TY2dss-Jdo :

DailyMail : « Jusqu’à présent, la plupart des discussions sur le vaccin ont porté sur les jeunes, car l’administrer à un jeune âge offre une protection à vie. »

Pixabay.com

Cogiito : Première affirmation douteuse : il n’existe aucune preuve de cette affirmation que le vaccin protège à vie contre le papillomavirus, de plus, il n’est pas stipulé de quelle protection exacte il s’agit et pour quel Papillomavirus ?

« Il existe plus de 200 types de HPV dont environ 120 sont identifiés et séquencés. Ils sont désignés par un numéro, en fonction de leur ordre de découverte.[1] »« La vaccination est importante, mais elle ne protège cependant pas contre tous les types de papillomavirus…[2] » « Le GARDASIL 9 ©, par exemple, est le seul vaccin qui aide à protéger contre certains cancers et maladies causés par 9 types de VPH (types 6, 11, 16, 18, 31, 33, 45, 52 et 58). Ces 9 types sont responsables de la majorité des cancers et maladies liés au VPH. »[3]

Le vaccin Gardasil 9 © ne protègerait que contre 9 papillomavirus alors qu’il en existe plus de 200…

En conséquence, si vous êtes contaminé par un papillomavirus qui n’est pas dans le vaccin, que se passe-t-t-il ? Le vaccin serait-il complètement inutile ? Comment les laboratoires sont-ils parvenus à imposer un tel vaccin censé lutter contre 9 % des papillomavirus répertoriés ? Vraiment surprenant, et ce serait de la Science ? Le vaccin possède quelque souches de papillomavirus, alors qu’il en existe deux centaines d’autres, voire davantage, alors si le vaccin concerne des souches précises et que le patient en attrape d’autres, le vaccin sera inévitablement inutile et toujours à risques, d’une part, d’autre part, c’est une pathologie dont souffrent souvent les femmes dans leur vie mais elles guérissent d’elles-mêmes sans savoir qu’elles avaient un papillomavirus transmis par voie sexuelle.

Dans un article publié par NPR news, Le Dr Diane Harper a déclaré aux journalistes :

Dr Diane Harper
  • « …vacciner une fillette de 11 ans pourrait ne pas la protéger quand elle en a le plus besoin – dans ses années les plus actives sexuellement. »

De plus, dans une autre entrevue, menée par le Huffington Post, elle a déclaré :

« Le Gardasil © ne conserve que les titres d’anticorps du VPH 16 (ni 18, ni 11, ni 6) qu’après cinq ans, ce qui fait que la véritable couverture à long terme (cinq ans) de Gardasil ne concerne qu’un type de cancer causant le HPV… La durée de l’efficacité est la clé de toute la question sur la protection. Si la durée est d’au moins quinze ans, la vaccination des filles de 11 ans les protégera jusqu’à l’âge de 26 ans et évitera certains pré cancers, mais retardera la plupart des cancers. Si la durée de l’efficacité est inférieure à quinze ans, alors aucun cancer n’est évité seulement reporté. »

Ces commentaires, transmis au Huffington Post dans une déclaration écrite par la Dre Diane Harper, chercheuse principale pour les essais cliniques de vaccins pour Merck (Gardasil) et GlaxoSmithKline (Cervarix), sont en contraste total avec ceux publiés par le Daily Mail que nous allons découvrir au long de cet exposé.

https://www.huffpost.com/entry/an-interview-with-dr-dian_b_405472?guccounter=1

Il semble que la Dre Diane Harper soit dans le vrai, puisqu’un article récent publié par RSVP live disait que, malgré le fait qu’une mère ait reçu son vaccin anti-HPV à l’école, elle venait d’obtenir les résultats d’un test de frottis positif. Le rapport indiquait :

  • « Une jeune mère de Cork a été choquée et fâchée après que les résultats de son premier frottis se soient révélés positifs pour le virus du papillomavirus et des cellules anormales, malgré le fait qu’elle ait reçu le vaccin anti-VPH à l’école il y avait presque huit ans. »

La mère a déclaré aux journalistes :

  • « J’ai eu ma fille à Noël et les choses n’allaient pas bien. Je n’aurais pas dû subir mon premier frottis qu’en juillet, mais mon médecin m’a dit qu’elle le ferait plus tôt que prévu, alors elle me l’a fait en juin. J’ai obtenu les résultats en août et ils ont montré que j’avais le virus du HPV et des cellules anormales. Demain, je vais à l’hôpital pour une colposcopie. Je ne me sentais pas bien depuis Noël avec des saignements abondants, de la fatigue et des douleurs. J’avais été voir mon gynécologue au CUMH mais ils croyaient que c’était juste mes hormones après avoir eu un bébé, mais ça n’arrêtait pas et j’ai fini par avoir un frottis. » Claire a poursuivi en expliquant que le fait d’avoir des cellules « anormales » signifie qu’elles sont précancéreuses et qu’il y a donc un risque accru de développer un cancer. « Il n’y a pas de traitement pour le virus HPV, donc elle devra être surveillée de près. »
Pixabay.com

Claire a déclaré aux journalistes qu’elle avait toujours défendu la cause des vaccins par le passé et qu’elle avait fait vacciner ses deux enfants, mais qu’en raison de son expérience, elle a décidé de ne pas les laisser se faire vacciner.

  • « Je ne pense pas que je laisserais mes enfants se faire vacciner quand le moment sera venu, parce que je mettrais un vaccin dans leur corps et que cela pourrait ne pas les couvrir. De plus, beaucoup de filles qui ont été vaccinées pendant mon année ont été très malades après, je ne pense pas qu’il y ait assez de recherches à ce sujet. »

Toutefois, il semble que des experts comme le professeur Stanley et le gouvernement britannique continuent de rejeter les preuves de dommages, même lorsqu’elles leur sont présentées à maintes reprises.

et pourtant les preuves scientifiques affirment le contraire en Grande-Bretagne

Dans une déclaration choquante au sujet du vaccin contre le VPH, George Hook, journaliste présentateur de nouvelles à la radio, a exprimé clairement ses sentiments, lors d’un accès de colère :

  • « Eh bien, je suis sur cette station de radio depuis un peu plus de quinze ans. Je n’ai jamais été aussi en colère, aussi émotif et même aussi triste.
  • Imaginez une mère regardant la vie de son enfant disparaître, ou son éducation détruite, sa possibilité d’emploi futur réduite. La nuit, elle entend son enfant pleurer de douleur et il n’y a pas d’aide. Les enfants victimes d’accident suite au HPV sont invariablement rejetés comme des filles hystériques. Et puis le vaccin. La suggestion n’est, et je ne sais pas, mais je dois poser la question. Il y a la suggestion de ces mères endommagées alors qu’elles observent leurs enfants qu’il pourrait y avoir quelque chose à voir avec le vaccin contre le HPV, par conséquent, le taux d’utilisation est tombé à 50 %. Aujourd’hui, le HSE, cette énorme organisation de milliers d’employés dont les budgets se chiffrent en millions et en milliards de dollars, est apparemment vaincu par un groupe de mères irlandaises, de sorte que l’utilisation du vaccin a diminué. Suis-je heureux que l’utilisation du vaccin ait diminué ? Non, je ne le suis pas, mais j’entends dire que l’exécutif raté du HSE, Tony O’Brien, à la radio, a décrit ces mères comme des terroristes émotionnels. Comment ose-t-il ! Comment ose-t-il appeler des mères qui s’occupent de leurs enfants, qui les ont observés dans l’agonie et la douleur, comment ose-t-il les appeler des terroristes ! Si nous avions un ministre de la Santé comme Simon Harris qui n’était pas dans les couches politiques et dans un travail bien au-dessus de ses talents, s’il avait une once de courage, dont le grand parti Fine Gael semble singulièrement dépourvu, O’Brien n’aurait pas un emploi aujourd’hui. O’Brien serait viré. Il ramènerait ses affaires à la maison dans une boîte en carton, pour avoir appelé les mères de l’Irlande des terroristes émotionnels. Donc, si le HSE veut augmenter les taux de vaccination, il donne aux gens les bonnes informations, pas aux scientifiques intelligents de l’Alec dans les programmes radio. Ils répondent aux questions des gens et ils mettent sur pied quelque chose pour aider les gens, pour quelque raison que ce soit, qui sont malades. J’en ai fini. »

DailyMail : « Mais selon les plus grands chercheurs mondiaux sur le HPV, il est maintenant prouvé que le fait de donner le vaccin à des adultes de la vingtaine à l’âge mûr aurait également des effets bénéfiques considérables sur la santé. »

Pixabay.com

Cogiito : Nous avons déjà entendu un discours identique pour chaque vaccin mis en vente par les laboratoires. La fameuse protection à vie avec un vaccin c’est comme l’immunité de groupe, l’arlésienne ou un vain espoir. Le vaccin contre la rougeole mis sur le marché en 1963 garantissait une immunité à vie à chaque enfant vacciné, puis très vite, il fallut deux vaccins, car l’immunité à vie était de très courte durée dans les faits ; aujourd’hui, les médecins vont jusqu’à proposer 3 vaccinations du ROR et même davantage et si on écoute le Dr Paul Offit qui ne cesse de se contredire, en affirmant que l’on pourrait même faire 10 000 vaccins à un enfant sans le moindre risque. 10 000, Vraiment ? Alors que les augmentations d’accidents vaccinaux ne cessent de grimper dans les statistiques ?

Pixabay.com

En Chine, la population est vaccinée à 99 % contre la rougeole et malgré cela, il y a des épidémies de rougeole dans tout le pays ? Cela nous indique que le vaccin contre la rougeole est soit responsable de ces épidémies de « rougeole atypique », soit parfaitement inutile. En revanche, les bénéfices pour la santé lorsque l’on développe la rougeole sauvage enfant, sont énormes et vérifiés, ce qui n’est absolument pas le cas de la rougeole vaccinale qui a une durée de vie et de protection de 3 à 5 ans, exigeant après ces périodes de nouvelles vaccinations répétées (rappels). Que choisissez-vous, attraper la rougeole sauvage pour être immunisé à vie et protégé de certains cancers (V. Pandora VI), ou prendre un abonnement à la vaccination contre la rougeole tous les 3 et 5 ans, tout en prenant le risque de l’attraper, de la diffuser, de faire des complications à cause des métaux lourds et des neurotoxines contenues dans le vaccin… ?

PANDORA VI
uniquement disponible sur Amazon

DailyMail : « Cependant, il semble que ces experts non seulement croient que c’est une bonne idée de vacciner les jeunes et les adultes d’âge moyen avec le vaccin contre le HPV, mais ils pensent aussi que c’est une bonne idée de vacciner les personnes âgées avec le vaccin contre le HPV. »

Cogiito : —Nous aimerions connaitre ces fameux experts, car la plus grande experte du Gardasil ©, « la Dre Diane Harper qui a validé pour la FDA le premier Gardasil ©, est depuis revenue sur sa position aux vues des dramatiques statistiques d’accidents vaccinaux, et particulièrement avec le Gardasil ©. Les déclarations suivantes résument une autre réalité sur le Gardasil © ou le Cervarix © :

– “Prenez le Gardasil ©, il faut bien mesurer l’étendue du scandale : tout le monde savait au moment de l’obtention de l’autorisation américaine de mise sur le marché que ce vaccin n’apporterait strictement rien !

Déclare un autre médecin chercheur et français cette fois-ci à propos du Gardasil © :

— “… Le Gardasil © ne sert à rien et on le paye une fortune ! Et tous les échelons décisionnaires le savent ! […] Quel que soit le vaccin, on peut trouver des cas de syndrome de Guillain-Barré, de paralysie des membres inférieurs, des scléroses en plaques induites, des encéphalites induites. […] Je prédis que le Gardasil © sera le plus grand scandale médical de tous les temps. Parce qu’à un moment on va prouver par A + B que ce vaccin, pour prouesse technique et scientifique qu’il soit, n’a aucun effet sur le cancer du col de l’utérus et que les très nombreux cas d’effets indésirables qui détruisent des vies, voire, tuent, ne sont là que pour le seul profit des laboratoires. […] Les intérêts financiers sont beaucoup trop importants pour que les médicaments soient retirés.”

Le Dr Bernard Dalbergue est l’auteur « d’Omerta sur les labos pharmaceutiques » chez Flammarion, celui-ci a travaillé vingt ans pour le laboratoire Merck, il n’a, à ce jour, pas encore été attaqué en diffamation pour ses révélations par le laboratoire Merck. Un autre médecin, celui-ci persécuté déclare :

« L’avenir de l’industrie pharmaceutique repose sur l’industrie vaccinale, ce qui explique le nombre d’attaques sur le développement de l’enfant qui grandit au quotidien, alors que nous n’avons même pas l’ombre de la base d’études de sécurité sur ces vaccins, nous avons donc vraiment besoin de prendre tout notre temps pour étudier cette question. »

Dr Andrew Wakefield, « Les vaccins détruisent les enfants[4] ».

Le Gardasil © par exemple, c’est une dose de 500 µg d’aluminium par injection, et il y en a trois, largement plus que la dose autorisée, de plus le Gardasil © qui provoque des scléroses multiples[5] est interdit au Japon suite à un procès national qui a prouvé sa dangerosité. Le Dr Dalbet, qui a travaillé pour le laboratoire Merck affirme que ce vaccin est l’un des plus grands scandales médicaux du XXIe siècle.

La question qui se pose à présent est qui a désigné ces experts dont parle cet article britannique, ont-ils des liens de près ou de loin avec l’industrie pharmaceutique, et qui les rétribue pour faire de telles déclarations ? Le lecteur pourra retrouver ces informations dans mon dernier ouvrage Pandora VI, disponible uniquement sur Amazon.

Pixabay.com

DailyMail — « M. Rose a poursuivi son rapport en déclarant que Margaret Stanley, professeure et présidente de l’International Papillomavirus Society, a déclaré aux journalistes que l’incidence des cancers du VPH avait atteint un sommet lorsque les gens atteignaient la soixantaine parce que leur système immunitaire s’affaiblissait avec le temps. Elle a déclaré : « Le VPH enfreint les règles habituelles de vaccination. La vaccination des personnes âgées infectées réduira le risque de développer des cancers. »

Toutefois, Health Impact News n’a trouvé aucune preuve à l’appui de sa demande. Elle « … a déclaré aux journalistes que l’incidence des cancers du HPV avait atteint un sommet lorsque les gens atteignaient la soixantaine parce que leur système immunitaire s’affaiblissait avec le temps ».

Cogiito.com : – ce qui indique que les patients victimes vivaient ou ont vécu avec cette pathologie durant de nombreuses années sans s’en plaindre et qu’à « la soixantaine » la pathologie réapparait à la faveur d’une baisse du système immunitaire ? Le fait de renforcer simplement le système immunitaire ne serait-il pas plus efficace que de vacciner les personnes âgées avec le HPV, puisque l’on sait que les vaccins font baisser drastiquement le système immunitaire, pourquoi faire prendre des risques inutiles à des personnes âgées ? En fait, selon les informations de Health Impact News, si une personne est déjà infectée par le virus du papillomavirus, le fait de se faire vacciner pourrait, en fait, augmenter et non diminuer les risques de développer un cancer du col de l’utérus pour les femmes, mais pour les hommes, de quel type de cancer s’agit-il ? Nous n’avons aucune information des laboratoires sur ce sujet précis en dehors de « cancer » alors que la vaccination elle-même d’après les déclarations de nombreux médecins transporterait elle-même les virus du cancer.

Health Impact News : « Si la recherche du Dr Delépine est correcte, alors si tout le monde en Grande-Bretagne devait se faire vacciner contre le HPV, il y a une très forte possibilité que les taux de cancer du col utérin en Grande-Bretagne augmentent. » Malgré ce constat, le Daily Mail a déclaré : mais de nouvelles recherches suggèrent que le vaccin direct peut empêcher les patients infectés par le virus de développer un cancer. Il produit une réponse du système immunitaire si puissante qu’elle empêche le virus de se propager à l’intérieur de l’organisme.

Cogiito : important et à consulter, le rapport du Dr Nicole Delépine, parfaitement indépendant de l’industrie pharmaceutique pour le Parlement et la Fédération Wallonie-Bruxcelles :

http://docteur.nicoledelepine.fr/wp-content/uploads/2018/09/Rapport-aux-D%C3%A9put%C3%A9s-de-Wallonie-v2.pdf

Cogiito : – comment le vaccin peut-il produire une réponse immunitaire pour des personnes âgées avec un système immunitaire fatigué, c’est toute la contradiction de la propagande vaccinale. Il est prouvé que le vaccin contre la grippe est inefficace pour une personne âgée de + de 65 ans. De plus, nous savons depuis le décès du Dr Bradstreet que les laboratoires incorporent une enzyme, la Nagalase, dans les vaccins qui aide le cancer à se développer librement dans l’organisme. Dans le vaccin contre la polio se trouvait le SV40 qui provoquait le cancer, Big Pharma, c’est, nous semble-t-il, l’hôpital qui se moque de la charité.

Health Impact News – contrairement à nos rapports, ici à Health Impact News, le Daily Mail n’a présenté aucune preuve factuelle à l’appui de ses affirmations. Les seules informations qu’ils ont fournies provenaient d’experts qui, à notre avis, bénéficieraient financièrement de la vaccination de l’ensemble du pays avec ce vaccin.

LES EXPERTS DU DAILY MAIL ONT DES CONFLITS D’INTÉRÊTS

D’après nos recherches, la professeure Stanley a une très bonne raison de vouloir que toute la Grande-Bretagne soit vaccinée avec ce vaccin en particulier, car elle est consultante pour trois des entreprises qui fabriquent et commercialisent le vaccin contre le HPV, MSD, SPMSD et GSK.

Et si cette information n’est pas assez inquiétante, la professeure Stanley est aussi l’experte du HPV pour le sous-comité sur le HPV du Joint Committee on Vaccines and Immunisation (JCVI) au Royaume-Uni, un comité qui a été mis en place pour conseiller le gouvernement britannique sur les politiques de vaccination.

Si chaque personne en Grande-Bretagne recevait le vaccin contre le HPV, la professeure Stanley pourrait devenir une personne très riche et il semble qu’elle ne soit pas la seule des soi-disant experts utilisés par le Daily Mail, qui ait des conflits d’intérêts.

Au cours de nos recherches, nous avons découvert que l’oncologue Xavier Bosch, qui a également été contacté par le Daily Mail pour fournir des preuves, a également des conflits d’intérêts avec l’industrie pharmaceutique. Selon le Daily Mail, c’est non seulement le scientifique qui a été le premier à démontrer que le HPV cause le cancer, mais selon nos recherches, il a également été consultant pour le comité directeur international des TMS, a témoigné à titre d’expert lors des audiences de GlaxoSmithKline devant la Food and Drug Administration et l’Agence européenne des médicaments (EMA), et il est membre des bureaux de GlaxoSmithKline et Sanofi Pasteur MSD pour les intervenants.

Tout au long de son rapport, le Daily Mail a rapporté que le vaccin contre le HPV peut protéger contre le cancer du col de l’utérus et que depuis son introduction en 2008, les taux de cancer du col ont diminué. Cependant, nous avons découvert que, selon une étude publiée en 2017, les données utilisées par le gouvernement pour déterminer les décès dus au cancer du HPV étaient inexactes en raison de données erronées. Les données incluaient des femmes qui avaient subi une hystérectomie et qui n’avaient donc aucun risque de développer un cancer du col de l’utérus. Ce qui est encore plus troublant, c’est que cette étude, menée par la Dre Anna L. Beavis et coll. a également révélé que le taux réel de mortalité des femmes noires décédées du cancer du col de l’utérus, depuis l’introduction du vaccin, était presque le double de celui qui a été signalé. Pour plus d’informations, voir Étude : Government HPV Cancer Death Rates Found to be False – Higher Death Rate Among Black Women.[6]

et nous pouvons faire les mêmes constats dans le monde entier

Cogiito : Nous constatons que les informations ou la propagande diffusée par le DailyMail sont contradictoires avec des faits scientifiques avérés, des études scientifiques et statistiques réalisées de façon indépendante, comme celle du Dr Nicole Delépine faite en Belgique et dont nous reproduisons quelques tableaux statistiques dans cet article, loin de l’influence des laboratoires producteurs des vaccins et des études inhérentes fournies par ces mêmes laboratoires pour s’auto valider. Cet article du Daily Mail extrêmement tendancieux, joue sur la réputation d’un journal et celle d’experts pour pratiquer une véritable propagande vaccinale pour cibler un nouveau public. Il y a deux ans déjà, GSK ciblait les grands-parents pour un vaccin contre la varicelle sous prétexte de protéger leurs petits enfants. Nous devons admettre qu’il y a une véritable créativité diabolique chez Big Pharma pour ne développer que de la fausse science pour justifier la vente de vaccins, c’est en effet absolument honteux comme nous pouvons le constater, mais cela ne gêne personne et certainement pas les politiques qui surfent entre le bien et le mal dans cette collaboration douteuse avec les laboratoires et la presse.

Gustave Doré

Il s’agit désormais ici, non seulement de la vie de nos enfants, mais également de celle de nos parents et grands-parents si nous n’y prenons garde, c’est pourquoi nous ne devons pas nous contenter d’articles ou de simples déclarations soutenus par une science orientée uniquement vers l’industrie. Et le pire, c’est que les experts du Daily Mail, persistent et signent en affirmant qu’il n’y a aucune preuve d’effets indésirables du vaccin HPV ?

Dans ce cas, pourquoi un pays comme le Japon a-t-il interdit le Gardasil© sur son territoire ?

Comment des scientifiques experts peuvent-ils ignorer cette réalité ? La question de l’expertise est sérieusement mise à mal par ce type de comportements et d’affirmations.

Health Impact News : Il est intéressant de noter que les experts cités par le Daily Mail ont nié complètement le fait que le Gardasil © pouvait causer de graves effets indésirables. Pourtant, au 6 octobre 2019, la base de données VigiAccess de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait recensé

95 010 effets indésirables liés au Gardasil ©, dont 495 décès. Le Daily Mail a rapporté :

jeune fille handicapée par le Gardasil©
  • Les militants anti-vaccins ont affirmé que le vaccin peut causer des effets secondaires graves, tels que le syndrome de fatigue chronique… les experts qui se sont adressés à ce journal disent qu’il n’y a aucune preuve scientifique que cette maladie ou d’autres conditions défavorables sont plus courantes chez les personnes qui ont reçu le vaccin — une conclusion qui est appuyée par l’Organisation mondiale de la santé.

Nous croyons que ces experts devraient lire certains de nos articles sur les victimes tragiques de ce vaccin, que nous avons rapportés au fil des ans, et parler à certains de leurs parents. Ces victimes comprennent :

  • Jesse Questel
  • Christina Tarsell
  • Katy, qui a développé un cancer du col de l’utérus en phase terminale après l’administration du vaccin.
  • Asha, qui a développé une leucémie
  • Colton Berrett…
Pixabay.com

Cependant, nous avons les preuves qui suggèrent que les experts cités par le Daily Mail ne sont tout simplement pas intéressés par ces preuves et faire face aux faits réels sur le vaccin contre le HPV. Amanda Dew, la mère d’une fillette qui a été blessée par le vaccin anti-VPH en 2015, a approché la professeure Stanley à une conférence intitulée Human Papilloma Viruses and the Public’s Health : An Unfolding Story, qui s’est tenue à Londres le 10 juillet 2018. Lorsque Madame Dew lui a posé des questions sur le vaccin Gardasil © et les effets indésirables, Stanley a semblé ne pas bien connaître le sujet. Nous avons parlé à Mme Dew de sa rencontre avec le professeur Stanley et elle nous a déclaré :

  • Quand j’ai expliqué au professeur Stanley que plus de 8000 effets indésirables avaient été signalés à la MHRA, elle m’a répondu :
  • – «  N’est-ce pas là les chiffres mondiaux ? J’ai dit non, uniquement pour le Royaume-Uni. »

Puis :

  • « J’ai dit que si le vaccin était efficace, nous commencerions à voir une baisse des taux de cancer du col de l’utérus. Elle a dit qu’il faudra des années pour voir une baisse. J’ai dit que si cela fonctionnait, nous le verrions maintenant dans le groupe le plus ancien qui a été vacciné. Elle a dit qu’elle s’attendait à entendre parler d’une baisse de l’incidence « d’un jour à l’autre », c’est-à-dire qu’il n’y avait pas de baisse. Je lui ai ensuite demandé si elle pensait que la neurotoxine aluminium pouvait être un problème et elle l’a comparée à l’utilisation de feuilles d’aluminium. Elle ne semblait pas comprendre les conséquences de l’injection et du contournement de la première ligne du système immunitaire (bouche/utérus).” Mme Dew nous a déclaré qu’elle avait demandé à Stanley si elle était ou non au courant des essais défectueux ; cependant, il semble qu’elle n’avait aucune idée des essais défectueux et du fait que les fabricants n’utilisaient pas de placebos inertes ou qu’elle n’était pas disposée à faire des commentaires à ce sujet. La professeure Stanley n’arrêtait pas de répéter qu’il n’y avait « aucune preuve de causalité  liant le vaccin à des événements indésirables ». Mais comme il n’y a pas de tests pour le savoir, comment la professeure Stanley le saurait-elle d’une façon ou d’une autre ?

Mme Dew : « C’est comme voir un mort au bas d’une échelle cassée, puis affirmer que ça ne peut pas être l’échelle qui a causé sa mort, parce qu’il n’y a aucune preuve.  Pourtant, personne n’a regardé l’échelle pour vérifier, c’est le même argument. »

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur le Gardasil et ses effets dévastateurs, vous pouvez simplement surfer sur l’internet français et international pour découvrir une quantité de témoignages plus bouleversants les uns que les autres, ainsi que sur YouTube, dans des ouvrages également, ma série Pandora parle du Gardasil © à chaque nouvelle publication en y rapportant les dernières études et découvertes.

disponible uniquement sur Amazon

J’espère que cette traduction et ces ajouts à la vérité scientifique vous auront permis de vous faire une idée sur les méthodes employées par l’empire pharmaceutique pour dissimuler la vérité, encourager des médecins à se détourner de la vérité sous une très mauvaise influence, dans l’unique but de continuer à s’enrichir en désignant une nouvelle cible commerciale.

Nous vivons une époque Formi… Diable !


[1] https://www.lecrips-idf.net/professionnels/dossier-thematique/papillomavirus-humain-cancers/papillomavirus-humains.htm

[2] https://www.cancer.be/les-cancers/facteurs-de-risque/le-papillomavirus-quest-ce-exactement

[3] https://www.gardasil9.com/about-gardasil9/what-is-gardasil9/

[4] http://bit.ly/2o0b5Cp

[5] https://www.collective-evolution.com/2018/02/23/its-official-teens-diagnosed-with-ms-after-gardasil-vaccines/

[6] https://healthimpactnews.com/2017/study-government-hpv-cancer-death-rates-found-to-be-false-higher-death-rate-among-black-women/

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire