Un rapport de la FDA révèle que des médicaments bloquant la puberté administrés à des enfants transgenres ont tué au moins 6 370 d’entre eux

0
522

NaturalNews.com, mercredi, 02 Octobre, 2019 par: Ethan Huff

Traduction pour cogiito.com : PAJ
Tags: badhealth , Big Pharma , la sécurité des enfants , des médicaments dangereux , les décès , les médicaments , le mal , la FDA , les guerres entre les sexes , genre-Benders , santé , tués , LGBTQ , l’ esprit scientifique du corps , les produits pharmaceutiques , propagande , bloqueurs de la puberté , enquêtes réelles , transgenres

https://www.naturalnews.com/2019-10-02-puberty-blocking-drugs-have-killed-transgender-kids.html

Natural News ) De nouvelles données[1] publiées par la Food and Drug Administration (FDA) américaine révèlent que depuis 2012, plus de 40 000 personnes ont subi des effets indésirables du « Lupron » (un acétate de leuprolide), un inhibiteur d’hormones, et au moins 6 370 personnes adultes sont décédés depuis 2014 après avoir pris ce médicament.

Généralement prescrit aux enfants manipulés pour croire qu’ils sont «transgenres» et qui ont besoin d’un «changement de sexe chimique», le « Lupron » aurait provoqué plus de 25 500 réactions «graves» chez des patients ces cinq dernières années, selon la FDA. Un grand nombre de ces effets indésirables semblent s’être produits chez des patients à qui le médicament a été prescrit pour des utilisations non conformes aux indications, comme dans le cadre d’une «thérapie» transgenre.

Bien que le « Lupron » soit approuvé en clinique pour le traitement de la «puberté précoce» ou de la puberté anormalement précoce pouvant causer d’autres problèmes de santé, il n’est pas approuvé pour une utilisation chez les enfants présentant une dysphorie de genre. Mais c’est ainsi que le « Lupron » est désormais largement prescrit, mettant gravement en péril la santé des enfants atteints de dysphorie de genre.

La version pédiatrique du médicament est également largement mal étiquetée, car elle ne comporte que peu d’avertissements sur les effets secondaires à long terme, dont certains pourraient être irréversibles. Ces effets secondaires irréversibles comprennent des dommages permanents au système endocrinien, responsable de la production des hormones sexuelles qui entretiennent la vie.

  • «C’est une maladie grave, normalement diagnostiquée et traitée par les endocrinologues car elle gêne le développement, mais dans les cas de [dysphorie de genre], ils induisent cet état pathologique », déclare Michael Laidlaw, un endocrinologue basé à Rocklin en Californie, cité par le Registre national catholique.

Pour en savoir plus sur la dysphorie de genre et le vacarme[2] pharmaceutique qui l’entoure, n’hésitez pas à vous rendre sur Gender.news .

Si la FDA a vraiment lancé un examen de sécurité sur le « Lupron » en 2017, pourquoi rien n’a été fait deux ans plus tard ?

La FDA sait depuis au moins deux ans que le « Lupron » n’est pas forcément sans danger, en particulier pour les jeunes enfants. En 2017, l’agence avait annoncé qu’elle « procédait à un examen spécifique des événements du système nerveux et psychiatriques en association avec l’utilisation d’agonistes de la GnRH, [une classe de médicaments], y compris le Lupron, chez les patients pédiatriques».

Cependant, cette enquête présumée n’a rien donné jusqu’à présent à la suite de questions soulevées par Kaiser Health News et Reveal du Center for Investigative Reporting, notamment sur les raisons pour lesquelles tant d’enfants victimes du « Lupron » souffrent à présent de crises persistantes.

Alors que les activistes transgenres affirment que le « Lupron » et des médicaments similaires fonctionnent simplement comme un « bouton d’arrêt » de la vie et sont donc totalement sûrs, les données scientifiques elles, suggèrent le contraire. En inhibant le flux de testostérone sur la prostate et en le réduisant à des niveaux bas ou indétectables, le « Lupron » est un dangereux perturbateur endocrinien, en particulier chez les enfants.

Le « Lupron » étant conçu pour le cancer de la prostate, c’est pour cette raison exclusive qu’il devrait être prescrit, et non pour traiter des états psychologiques comme la dysphorie de genre en privant les enfants des hormones dont ils ont besoin pour vivre.

  • « La dysphorie de genre n’est pas une affection endocrinienne, mais une affection psychologique et devrait donc être traitée avec les soins psychologiques appropriés », a déclaré Laidlaw. « Mais cela devient une condition endocrinienne une fois que vous commencez à utiliser des inhibiteurs de la puberté et à donner des hormones sexuelles croisées aux enfants. »

Rien qu’aux États-Unis, en 2017, les ordonnances de « Lupron », fabriqué par le géant pharmaceutique AbbVie, rapportent environ 669 millions de dollars par an à la société. Et avec la dysphorie de genre à la hausse due à un endoctrinement transgenre endémique [3], ce nombre devrait encore exploser.

Pour en savoir plus sur la manière dont les ingénieurs sociaux utilisent la propagande LGBTQ pour détruire la vie des enfants tout en enrichissant les sociétés pharmaceutiques de manière obscène, ne manquez pas Evil.news .

Les sources de cet article incluent :

ChristianPost.com

NaturalNews.com


[1] https://www.christianpost.com/news/drugs-used-as-puberty-blockers-in-youth-linked-to-thousands-of-adult-deaths-fda-shows.html

[2] https://gender.news

[3] https://www.naturalnews.com/2019-09-29-transgender-indoctrination-threatens-gay-children.html

Laisser un commentaire